Ecole : tensions croissantes entre les parents et les directeurs, selon une étude

Sur 4000 directeurs d'école interrogés, près de la moitié disent avoir été victimes de violences verbales ou physiques.

Des parents accompagnent leur enfant à l\'école pour la rentrée, le 3 septembre 2013, à Paris.
Des parents accompagnent leur enfant à l'école pour la rentrée, le 3 septembre 2013, à Paris. (MARTIN BUREAU / AFP)

Les relations entre parents et école peuvent être tendues. Le Parisien publie mardi 29 avril une étude sur le sujet. Les directeurs d'école élémentaire et maternelle interrogés se disent, pour 49% d'entre eux, victimes d'agressions essentiellement verbales sur l'année scolaire 2012-2013.

L'enquête a été réalisée au moyen d'un questionnaire remis à 4 000 directeurs d'école par Georges Fotinos, ancien inspecteur d'académie à l'Education nationale. 

Le harcèlement (38,6% des cas) est le principal type d'agression, devant les menaces (26,7%), les insultes (23,1%) et les coups (0,7%). L'étude indique cependant que 51% des chefs d'établissement interrogés n'ont jamais été victimes d'agression.

L'Education nationale se refuse à tout commentaire 

Ce sont les punitions et les sanctions qui viennent en tête des différends entre les parents et l'école, dans 53,3% des cas, devant la surveillance et la maltraitance entre élèves (45,4%), puis les résultats et les difficultés scolaires (33,1%). Pour l'auteur de l'étude, interrogé par Le Parisien"cela signifie que certains parents ne reconnaissent plus l'autorité de l'école sur leurs enfants".

Contacté par francetv info, le ministère de l'Education Nationale précise que cette étude n'a été ni commandée, ni approuvée par ses services et se refuse à tout commentaire sur le sujet. Joint également par francetv info, l'Observatoire international de la violence à l'école dément collaborer avec Georges Fotinos, l'auteur de cette étude. Sa directrice, Catherine Playa affirme par ailleurs "ne pas avoir eu connaissance de ce rapport" et prend ses distances avec les résultats.