Université de Grenoble : les dégradations coûteuses des opposants à la loi Vidal

Les opposants à la loi Vidal ont occupé l'université de Grenoble (Isère) pendant un mois et demi. Selon la direction de l'établissement, le bilan des dégâts est estimé à plusieurs centaines de milliers d'euros sur le site.

FRANCE 2

Les dégâts sont importants à l'université de Grenoble (Isère), après la fin de l'occupation des lieux par des bloqueurs. Ces derniers sont partis, laissant derrière eux des bâtiments saccagés. Les 2 000 m² ont été transformés en un véritable dépotoir. Aucun mur n'a été épargné par les graffitis. "Le coût va être exorbitant", a annoncé Jean-Baptiste Bléthon, le responsable des services techniques de l'Université Grenoble-Alpes.

Une minorité d'étudiants chez les bloqueurs

Les dégâts sont estimés à plusieurs centaines de milliers d'euros. Une plainte a été déposée. L'enquête devra déterminer quels sont les responsables de ce saccage. Cela concerne des étudiants, comme des personnes extérieures à l'université. "C'est une minorité d'étudiants. Les autres, à savoir qui", commente Hadj Meki, gardien de l'Université Grenoble-Alpes. En raison des travaux nécessaires, le bâtiment principalement concerné ne devrait pas rouvrir avant le début de l'année 2019.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le hall du centre des langues vivantes de l\'université de Grenoble, le 26 mai 2018.
Le hall du centre des langues vivantes de l'université de Grenoble, le 26 mai 2018. (DAMIEN BORELLY / FRANCE 3 ALPES)