Pour les étudiants en médecine, des examens en présentiel sous haute tension

Les étudiants sont de retour dans les amphis pour passer leurs partiels. Des épreuves en présentiel en mode "Covid" qui ne les rassurent pas. 

Plusieurs milliers d’étudiants de première année de médecine, pharma et kiné passent en ce moment le PACES en présentiel. Ce concours ouvre l’accès aux cinq filières de santé. Crise sanitaire oblige, à l’Université de Limoges, c’est l’un des seuls examens qui se déroule cette année en présence des étudiants. Un retour un peu particulier pour ces élèves, alors qu’ils suivent les cours de chez eux depuis deux mois. "On a quand même passé beaucoup de temps en confinement, chez nous, les cours à distance, c’est vrai que c’est assez compliqué. Mais il a fallu s’adapter et faire avec".

Un examen que ces jeunes ont dû passer au parc des expositions de Limoges, afin de respecter les mesures de distanciation. Des conditions particulières pour ces premières années dont la plupart ont obtenu le bac l’an dernier en contrôle continu. Ce qui leur met une pression supplémentaire à gérer. "On n'a pas eu le stress du bac mais on l'a maintenant car on ne sait pas vraiment à quoi s'attendre". À cela s'ajoute la suppression cette année du numerus clausus, qui leur interdit tout redoublement. 

(FRANCE 3)