VIDEO. Listes d'attente à rallonge, fonctionnement complexe... Parcoursup s'est-il vraiment amélioré ?

Guillaume Ouattara, spécialiste de l'orientation des lycéens, avait déjà réussi à décrypter les algorithmes de Parcoursup en 2018.

BRUT

"Le problème majeur qui avait été très marquant en 2018 sur Parcoursup, ce sont les listes d'attente à rallonge", souligne Guillaume Ouattara. En 2018, sur Parcoursup, 50 % des candidats se sont retrouvés sur liste d'attente partout. Le même ratio a été observé sur l'année 2019. Selon le spécialiste de l'orientation des lycéens, ce problème n'a pas été résolu et le même phénomène pourrait se reproduire cette année. "Ces listes d'attente, c'est l'ADN de Parcoursup parce que Parcoursup est un système qui repose sur la non-hiérarchisation des vœux, c'est-à-dire que les candidats qui s'inscrivent dans des formations ne trient pas les vœux les uns par rapport aux autres", développe-t-il.

Problème : ce sont donc les candidats avec les meilleurs dossiers qui sont pris partout dès les premiers jours et qui doivent libérer des places et choisir des vœux où ils vont pour que les candidats classés en dessous obtiennent des places. Aussi, avec les dommages liés au confinement, beaucoup de formations ne peuvent plus proposer une admission par concours mais seulement sur dossier. "Toutes les formations ont eu accès aux mêmes éléments pour trier leurs candidats (…) toutes les formations vont se baser sur les mêmes éléments, ce qui veut dire que les candidats avec les meilleurs dossiers vont être encore plus surreprésentés dans les listes d'appel qui vont être formulées par les formations", prévient Guillaume Ouattara.

VIDEO. Listes d\'attente à rallonge, fonctionnement complexe... Parcoursup s\'est-il vraiment amélioré ?
VIDEO. Listes d'attente à rallonge, fonctionnement complexe... Parcoursup s'est-il vraiment amélioré ? (BRUT)