DIRECT. Le Défenseur des droits ouvre une enquête sur l'interpellation de 151 adolescents à Mantes-la-Jolie

Ces interpellations ont eu lieu après des échauffourées en marge du blocage d'un lycée dans cette ville des Yvelines. 

La police interpelle des élèves près du lycée Saint-Exupéry à Mantes-la-Jolie (Yvelines), le 6 décembre 2018.
La police interpelle des élèves près du lycée Saint-Exupéry à Mantes-la-Jolie (Yvelines), le 6 décembre 2018. (CELINE AGNIEL / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Le Défenseur des droits a annoncé, vendredi 7 décembre, ouvrir une enquête sur l'interpellation de 151 adolescents en marge du blocus d'un lycée à Mantes-la-Jolie (Yvelines). Ces interpellations sont intervenues après d'importantes dégradations et des incendies de voitures. Une vidéo montrant des jeunes alignés, à genoux et menottés lors de ces arrestations a provoqué une vague d'indignation, jeudi. L'enquête du Défenseur des droits portera "sur les conditions dans lesquelles se sont déroulées" les interpellations, indique cette autorité indépendante qui rappelle être chargée de "veiller au respect de la déontologie" des forces de l'ordre et de défendre "l'intérêt supérieur de l'enfant".

Des images chocs d'arrestations à Mantes-La-Jolie. Dans cette ville des Yvelines, 151 adolescents ont été filmés, alignés, à genoux, les mains sur la tête lors de leur interpellation après des heurts et des incendies de véhicules. La vidéo a suscité des réactions indignées

 400 lycées perturbés, dont 84 bloqués. C'est une centaine de plus que la veille, où 300 lycées avaient été perturbés, selon les chiffres du ministère de l'Education nationale. Au cinquième jour des manifestations dans les lycées, la mobilisation des élèves ne faiblit pas. 

Syndicats et parents d'élèves demandent au ministre "d'entendre" les revendications exprimées par les lycéens, qui appellent notamment à l'abandon des réformes du bac, de la voie professionnelle ou de l'accès à l'université.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #LYCEES_FACS

19h50 : Notre journaliste Farida Nouar s'est rendue sur la place de la République, à Paris, où plus de 1 500 personnes ont manifesté dans le calme. "La France affiche 'liberté égalité fraternité' mais on ne voit que de l'inégalité", lui a confié un lycéen. Voici son reportage.

19h17 : Les syndicats lycéens UNL-SD, FIDL et SGL lancent un appel à la "mobilisation générale", mardi prochain, dans les lycées de France. Ils annoncent notamment l'organisation d'une manifestation à Paris, au départ de la place Saint-Michel.

17h01 : 400 lycées sont perturbés en France aujourd'hui, dont 84 bloqués, annonce le ministère de l'Éducation à 15h30. C'est une centaine de plus que la veille, où 300 lycées avaient été perturbés.

15h54 : Dix-sept personnes ont été déférées au parquet, soit à la suite des événements survenus à Mantes-la-Jolie soit sur la base de procédures menées dans d’autres villes du département pour des incidents distincts, indique le parquet de Versailles.

16h02 : Bonjour @anonyme. Oui, c'est exact. Deux personnes, dont Jérôme Alemany, un conseiller départemental de Loire-Atlantique, ont été frappées ce matin, alors qu’elles voulaient empêcher des jeunes de commettre des dégradations sur une voiture garée devant le lycée Nelson-Mandela à Nantes, rapporte France Bleu Loire Océan. Il a posté une photo de ses blessures sur Twitter.

15h48 : J'ai entendu qu'un conseiller départemental avait été roue de coups à Nantes. Confirmez vous l'information ?

15h21 : Un policier a été grièvement blessé après avoir été renversé par une mini-moto en marge de la manifestation des lycéens à Mulhouse (Haut-Rhin). Le policier de la sûreté départementale a été blessé aux jambes et au bassin et transporté à l'hôpital.

14h51 : Une journaliste à La Voix du Nord a été visée par une bouteille d'acide ce matin, alors qu'elle couvrait une manifestation devant le lycée Voltaire de Wingles, dans le Pas-de-Calais. Elle a déposé plainte, rapporte France 3 Hauts-de-France. "C'est un mélange d'acide et d'aluminium dans une bouteille en plastique, avec la pression, ça explose, décrit-elle. C'était clairement nous qui étions visées".

13h51 : A Dijon, la manifestation des lycéens (qui se sont également agenouillés) n'a pas été appréciée par les autorités. "Le préfet condamne une provocation tout à fait inappropriée à l'heure où les forces de l'ordre font face à des attaques d'une violence inacceptable", indique la préfecture sur Twitter.

13h52 : A Paris, Montreuil (Seine-Saint-Denis) ou encore Dijon (Côte-d'Or), des centaines de lycéens se sont rassemblés pour manifester... et se sont agenouillés, les bras croisés derrière la tête, en référence aux images de l'arrestation de 151 adolescents à Mantes-la-Jolie, la veille.


13h05 : Environ 150 adolescents ont été interpellées,hier, devant un lycée de Mantes-la-Jolie pour "participation à un attroupement armé", après que plusieurs véhicules ont été incendiés, dans le cadre de la mobilisation des lycéens. Une vidéo où l'on voit des dizaines de jeunes agenouillés, les mains dans le dos ou sur la tête, encadrés par de nombreux policiers, a provoqué une vive polémique.

12h58 : Le Défenseur des droits ouvre une enquête sur l'interpellation de jeunes à Mantes-la-Jolie.

12h50 : Un jeune homme de 16 ans a été blessé à la tête, à Montbéliard (Doubs) ce matin vers 10 heures, lors d’affrontements entre lycéens et forces de l’ordre en marge de la manifestation lycéenne, rapporte France Bleu Belfort-Montbéliard. Selon les pompiers, le lycéen est légèrement blessé.

12h43 : L’Union nationale lycéenne, un des principaux syndicats lycéens, annonce qu'une plainte va être déposée contre l'Etat après les événements survenus à Mantes-la-Jolie hier, indique Libération. "Que des policiers puissent organiser une telle scène, avec des élèves à genoux mains sur la tête et qu'en plus ils les filment et les humilient, c'est une telle honte", indique Louis Boyard, le président de l'UNL.

11h33 : Bien sûr @Peterquince (très intello comme pseudo !), nous avons consacré un article à ce sujet. Les lycéens et leurs représentants réclament notamment l'abandon de plusieurs réformes : la mise en place de Parcoursup, la plateforme qui recueille les vœux des futurs bacheliers, la réforme du lycée et du bac à l'horizon 2021, et celle sur la hausse des frais d'inscription pour les étudiants étrangers.

11h24 : bonjour!un petit rappel de ce qui pousse les etudiants et lycéens à manifester?Merci

11h22 : Un policier de la sûreté départementale du Haut-Rhin a été percuté tout à l'heure par un jeune homme sur une mini-moto, en marge d’une manifestation de lycéens à Mulhouse. Le policier est grièvement blessé, rapporte France 3 Grand Est.



(Stéphanie Mallauran / France 3 Alsace)

11h17 : Contacté par franceinfo, le parquet de Versailles indique que 140 personnes ont été placées en garde-à-vue hier, après leur interpellation à Mantes-la-Jolie. Il s'agit essentiellement de personnes "peu ou pas connues des services de police". Plusieurs dizaines ont néanmoins été levées dès hier soir.

11h10 : Le ministre de l'Intérieur s'engage aussi à "rendre publiques les conclusions des enquêtes" qui seront menées au sujet de l'interpellation à genoux des 151 jeunes de Mantes-la-Jolie (Yvelines)

11h22 : Christophe Castaner est désormais interrogé sur la vidéo montrant l'interpellation, à genoux et mains sur la tête, de 151 jeunes, en marge des heurts et des manifestations lycéennes à Mantes-la-Jolie (Yvelines). Le ministre invite à la "replacer dans un contexte" de violences commises par des jeunes ce jour-là.

11h23 : Les associations de parents d'élèves FCPE et PEEP vont être reçues par le ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer à 10 heures. Sujet de ce rendez-vous, entre autres : la vidéo de l'interpellation de plus de 150 jeunes à Mantes-la-Jolie (Yvelines), dont les images "humiliantes" suscitent l'indignation de certains.

@VDNDouai premier feu de poubelles près du lycée Edmond-Labbé mais la situation reste calme, la police surveille mais ne bouge pas



08h59 : Les manifestations et blocages aux abords des lycées ont repris, ce matin, pour la cinquième journée consécutive. Près du lycée François-Villon, porte de Vanves à Paris, une trentaine personnes sont réunies autour de poubelles en feu, note par exemple notre journaliste Fabien Magnenou.



(FRANCEINFO)

08h32 : "Mon premier devoir c'est la protection des lycéens", affirme aussi Jean-Michel Blanquer. "Bien sûr que je dis à Christophe Castaner qu'il faut que l'usage de la force soit proportionné mais c'est déjà un miracle qu'il n'y ait pas de mort", estime le ministre de l'Education nationale, soulignant la "violence" des "faux-lycéens" qui défendent les blocages et dégradations.

08h28 : "L'image est forcément choquante (...) Mais il faut faire très attention aux images découpées, il faut savoir ce qu'il s'est passé."

Sur France inter, le ministre de l'Education nationale pointe le rôle d'"éléments extérieurs au lycée" dans les événements qui ont conduit à une large interpellation d'adolescents, hier, à Mantes-la-Jolie. Ces derniers ont "commis des exactions" (feu de poubelle, entrée illégale dans une villa) dans la ville et "agressé les forces de l'ordre", assure Jean-Michel Blanquer.

11h23 : D'ailleurs, à gauche, les réactions se multiplient au sujet de l'interpellation de ces adolescents, hier. "Intolérable", selon Cécile Duflot. "Glaçant, inadmissible. Cela n’est pas la République. La jeunesse française humiliée. Mais que cherche le pouvoir sinon la colère en retour ?" a réagi, de son côté, Benoît Hamon, leader de Generation.s. Une "violence inacceptable et humiliante", a lancé de son côté Eric Coquerel, député "insoumis" de Seine-Saint-Denis.

11h23 : "On est extrêmement choqués par ces images indignes de notre démocratie."

Le secrétaire général adjoint du SNES-FSU, syndicat des enseignants de second degré, a réagi après la diffusion d'une vidéo montrant des adolescents agenouillés, mains sur la nuque, après leur interpellation hier à Mantes-la-Jolie (Yvelines).

07h30 : La mobilisation lycéenne se hisse aussi en haut de vos journaux, au lendemain du blocage, total ou partiel, de 280 lycées et collèges en France.




07h02 : Normale Que se soit des jeunes ils doivent assumer leurs actes C’est tres bien buen que les autres voient qu’il y a un risque lorsqu’on degrade

07h01 : Arrêtez avec l humiliation !!Ces mêmes jeunes, s'ils sèment la. Discorde, on les montrera du doigt.Un peu de fermeté que diable !Il n'y a pas mort d'homme

07h01 : Les violences à Mantes La Jolie ne datent pas d'hier ou de trois jours. Cette ville, et d'autres encore, sont de véritables cocottes sous pression depuis plus de vingt ans. Et si les actes de ces jeunes sont intolérables, les parquer ainsi comme du bétail pêt à abattre est un appel à la violence encore plus frappant. Ne touchez pas à nos enfants, ils sont notre bien le plus cher et vous nous avez déjà pris le reste. Toucher à nos enfants est une declaration de guerre !

07h01 : Les lycéens et étudiants ne sont jamais soutenus dans la population.Un gilet jaune bloque, c'est normal, un lycéen, c'est un scandale.La répression policière est aussi plus importante : si des adultes avaient étés pris en photo dans les mêmes positions, tout le monde aurait crié à la dictature. Mais comme c'est sur des enfants (dont un de 12 ans...), rien de grave. Drôle de pays.

07h16 : Dans nos commentaires, vous êtes partagés concernant la vidéo relatant l'interpellation de 151 jeunes à Mantes-la-Jolie (Yvelines). Certains d'entre vous trouvent la réaction des forces de l'ordre – qui ont agenouillé les lycéens, mains sur la tête – humiliante. D'autres la saluent.

07h18 : "On n'entend pas de cris. Il n'y a pas eu de blessés pendant ces interpellations"

Pour le directeur de cabinet du préfet des Yvelines, l'interpellation de 151 jeunes à Mantes-la-Jolie après des heurts en marge des manifestations lycéennes n'a pas fait état de "disproportion dans l'usage de la force". Sur cette vidéo, des dizaines de lycéens sont agenouillés, mains sur la tête, en rangs d'oignons.

07h18 : "Ces images sont indubitablement dures et inhabituelles", reconnaît Thierry Laurent, directeur de cabinet du préfet des Yvelines, à propos de la vidéo relatant l'interpellation de 151 jeunes à Mantes-la-Jolie (Yvelines). "Il faut pour autant les mettre en rapport avec les violences qui ont été commises à Mantes-la-Jolie par ces individus depuis trois jours, poursuit-il. Il n'y a pas eu de volonté d'humiliation."

06h11 : Environ 280 lycées et collèges en France ont été de nouveau perturbés hier, dont 45 bloqués, par des élèves et plusieurs incidents ont été recensés, conduisant à plus de 700 interpellations au total.