Les blocages dans les universités ont fait plus d'un million d'euros de dégâts, selon la ministre de l'Enseignement supérieur

Depuis plusieurs semaines, une dizaine de facultés sont perturbées, voire bloqués, par des étudiants et des militants pour protester contre la réforme de l'accès à l'université.

La ministre de l\'Enseignement supérieur, le 11 avril 2018 à Paris.
La ministre de l'Enseignement supérieur, le 11 avril 2018 à Paris. (LUDOVIC MARIN / AFP)

L'occupation des universités a laissé des traces. Les dégâts causés par le blocage de plusieurs facultés devraient "dépasser le million d'euros", a déclaré Frédérique Vidal, la ministre de l'Enseignement supérieur, dans "L'Epreuve de vérité" sur Public Sénat, en partenariat avec l'AFP, Radio Classique et Les Echos.

Dans le détail, le coût des dégradations est notamment évalué à 300 000 euros à l'université Paul-Valéry de Montpellier. A Paris 1, sur le campus de Tolbiac, "les devis sont en cours", a précisé Frédérique Vidal, évoquant tout de même entre 200 000 et 300 000 euros de dégâts.

Depuis plusieurs semaines, une dizaine de sites (sur 400) sont perturbés, voire bloqués, par des étudiants et des militants pour protester contre la loi Orientation et réussite des étudiants (ORE), accusée par ses détracteurs d'instaurer un système de "sélection" déguisée.