Cet article date de plus de cinq ans.

Insultes, menaces, altercations : des étudiants antiblocage témoignent de l'ambiance délétère qui règne dans les facs

"Insultes", "menaces" et "altercations". Plusieurs étudiants qui se sont élevés contre le blocage de leur université témoignent des violences qu'ils estiment avoir subies.

Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 3 min
Environ 3 000 étudiants réunis en assemblée générale, à l'Université de Rennes 2 (Ille-et-Vilaine). Ils votent la reconduite du bloquage de la fac, le 16 avril 2018.  (JOEL LE GALL / MAXPPP)

Campus de l'université Rennes 2, lundi 16 avril. Alors qu'elle quitte l'assemblée générale en cours, Julie est agressée par deux hommes cagoulés. "L'un d'entre eux m'a attrapé le bras. [...] L'autre m'a prise à la gorge tellement fort que j'ai gardé des marques pendant deux heures. Ils m'ont dit de dégager de la fac et m'ont traitée de facho", raconte l'étudiante à 20 Minutes. Si elle a été ainsi prise à partie, c'est peut-être parce que Julie est membre de la Fédération des associations générales étudiantes (Fage), une organisation opposée au blocage des campus contre la réforme de l'accès à l'université.

"On assiste à beaucoup de violence entre les pro et les anti-blocus. Il y a des points sensibles dans plusieurs facs, mais le climat général tend de plus en plus vers ça", déplore l'une des responsables de la Fage, Alexandra Gonzalez. 

"J'avais la boule au ventre"

A Nantes notamment, l'ambiance est délétère, selon plusieurs membres d'une organisation d'étudiants interrogés par franceinfo. "Dès les premières assemblées générales, on m'a demandé de partir", témoigne Théo Combelle, président d'InterAsso Nantes, une organisation affiliée à la Fage. Investi contre le blocage, il souhaite prendre part aux débats organisés sur son campus. Mais très vite, il devient persona non grata.

Les remarques n'étaient pas faites devant tout le monde, mais à la sortie, on me prend entre quatre yeux : 'C'est ta dernière AG et t'as pas intérêt à remettre les pieds ici, sinon il va t'arriver des choses'.

Théo Combelle, président d'InterAsso Nantes

à franceinfo

L'étudiant dit avoir déposé une main courante. Il abandonne quelques temps les réunions d'amphis. Puis décide d'y retourner : "L'ambiance est lourde dans les amphis. On n'est pas sereins. J'avais la boule au ventre quand j'y suis retourné".

Un sentiment que connaît aussi Tristan Martins. Lui aussi est à la tête d'une association étudiante affiliée à la Fage. Et lui aussi dit avoir fait face à des détracteurs très virulents. "Il y a eu des petites altercations, des bousculades et des insultes contre des membres. Une fois, alors qu'on allait chercher du matériel à l'université, des gens nous attendaient devant la fac avec des barres de fer." S'il dit ne pas avoir identifié les personnes "encagoulées" qui attendaient les membres de son association, il affirme qu'ils étaient "visés". "Je ne veux pas décrédibiliser le mouvement. Pour moi, ce n'était pas des étudiants !" Lui aussi a déposé une main courante, pour se "protéger, mais aussi les membres de l'association".

"Dès qu'on est contre le blocage, on nous répond qu'on est de droite ou qu'on est des fachos"

"Des insultes, du harcèlement... Dès que les membres du réseau posaient un pied sur le campus, ils se prenaient des remarques ou des coups de pression." Théo Combelle en est persuadé : le fait qu'ils appartiennent à la Fage est foncièrement lié aux traitements qu'ils disent recevoir sur le campus. "Ce sont majoritairement les étudiants du syndicat qui sont visés parce qu'ils sont allés aux AG pour s'exprimer", explique-t-il. Car la Fage, en plus de dénoncer les blocages, a apporté son soutien à la réforme de l'accès à l'université.

On est affiliés à la Fage, donc ça nous colle une étiquette avec des idées qui ne sont pas forcément les nôtres. Les positions sur la loi ORE ne sont pas celles de toutes les associations. Ça ne représente pas nos idées personnelles mais il y a un amalgame.

Tristan Martins

à franceinfo

Les étudiants regrettent aussi la teneur des insultes qui reviennent régulièrement à leur égard : "Dès qu'on dit qu'on est contre le blocage, tout de suite on nous répond que c'est parce qu'on est de droite ou qu'on est des fachos", s'indigne Alexandra Gonzalez.

Soyez les premiers informés des résultats officiels du BAC

toutes les dates et actualités

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.