"Ils n'étaient pas venus pour dialoguer" : après les menaces du président de l'université de Nice, le vice-président met en cause les manifestants

Marc Dalloz, vice-président de l'université de Nice (Alpes-Maritimes), a expliqué lundi sur France Bleu Azur que les manifestants du collectif Sauve ta fac 06 "voulaient juste mettre des banderoles pour montrer qu'ils avaient occupé" le siège.

Le château de Valrose à Nice (Alpes-Maritimes), siège de l\'université Côte d\'Azur, où a eu lieu l\'altercation, mercredi 16 mai, entre le président de l\'université et une trentaine de jeunes.
Le château de Valrose à Nice (Alpes-Maritimes), siège de l'université Côte d'Azur, où a eu lieu l'altercation, mercredi 16 mai, entre le président de l'université et une trentaine de jeunes. (MAXPPP)

La vidéo a fait le tour des réseaux sociaux en quelques heures. Le président de l'université de Nice (Alpes-Maritimes), Jean-Marc Gambaudo, lâche à Maxime, un militant non étudiant : "Si je te recroise seul, t'es mort." Selon le vice-président de l'université, Marc Dalloz, présent lors des faits mercredi, la trentaine de jeunes du collectif Sauve ta fac 06 n'était pas "dans une démarche de dialogue", a-t-il assuré lundi 21 mai sur France Bleu Azur.

Ils étaient venus pour occuper, pour montrer qu'ils étaient là, et convaincus que rien ne pourrait les arrêter cette fois.Marc Dallozà France Bleu Azur

"Ils n'étaient pas venus pour dialoguer", répète Marc Dalloz. Le vice-président de l'université explique que les jeunes qui ont pénétré de force dans le campus Valrose, dans le nord de Nice, "n'ont pas demandé de discuter de quoi que ce soit. Ils voulaient juste mettre des banderoles pour montrer qu'ils avaient occupé le château".

Sur leur chemin ils ont croisé Jean-Marc Gambaudo, le président de l'UCA (Université Côte d'Azur). Le ton est monté entre les jeunes et le président de l'université. Les jeunes du collectif Sauve ta fac 06 accusent le président d'avoir tenté de les plaquer au sol. L'Université a porté plainte contre les jeunes pour dégradations et violences, et nie toute violence à l'égard des manifestants. Maxime, le jeune Niçois de 23 ans, a été mis en examen dimanche pour dégradations et violence. Jean-Marc Gambaudo, le président de l'UCA, préfère ne pas s'exprimer sur le sujet.