Évacuation de Tolbiac : une première démonstration de force contestée par l'opposition

L'évacuation de l'université Tolbiac ce vendredi 20 avril a été saluée par l'exécutif. L'opposition n'a, pour sa part, pas manqué de dénoncer. Détails...

France 3

Un Conseil des ministres se tenait ce vendredi 20 avril au matin à l'Élysée, à Paris. L'intervention policière à l'université de Tolbiac y a été saluée par le chef de l'État. Selon son porte-parole, Emmanuel Macron s'est félicité qu'il y ait eu ni heurts ni blessés. "Le défi pour les prochains jours c'est de permettre la tenue des examens dans de bonnes conditions", a par ailleurs fait savoir Benjamin Griveaux.

L'opposition dénonce

Tôt ce vendredi matin, c'est par un tweet que Gérard Collomb, le ministre de l'Intérieur s'est exprimé précisant que "partout l'État de droit sera rétabli". Du côté de l'opposition, cette évacuation n'est pas vue du même œil. Le Front national estime que le gouvernement a attendu trop longtemps avant d'agir. La France insoumise dénonce, quant à elle, une scénarisation de l'opération. L'évacuation de Tolbiac fait figure de première démonstration de force face à la contestation étudiante. Un geste d'autorité assumé par l'Élysée. Ce vendredi matin, lors du Conseil des ministres, le chef de l'État a estimé que sur le front social, il n'y avait pas de convergence des luttes. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Tolbiac le 11 avril 2018.
Tolbiac le 11 avril 2018. (MAXPPP)