VIDEO. Le ministère de l'Éducation interdit les sorties de classe Apple

Un mois après la diffusion de notre enquête sur les sorties de classe Apple Store, le ministère de l'Éducation a décidé de les interdire. Il faut dire que derrière les promesses de la marque à la pomme, ces sorties ressemblent davantage à une vitrine commerciale qu'à une activité pédagogique...

Voir la vidéo

Le ministère de l'Éducation avait, dans un premier temps, refusé de s'engager. C'est désormais chose faite. D'après une information de Marianne que nous sommes en mesure de confirmer, Jean-Michel Blanquer a décidé d'interdire les sorties de classe que certaines écoles publiques organisent dans les magasins Apple. Interdiction qui intervient un mois après la diffusion de notre enquête. Nous la republions.

--

Sur son site, voilà ce que propose la marque dans ses 20 magasins français : des sorties de classe gratuites, dès 5 ans, à l’initiative des écoles. La promesse ? Offrir aux élèves “des vitamines pour la créativité”, pour "une journée qu’ils n’oublieront jamais.”

Intrigués, nous avons demandé à filmer l’une de ces sorties : Apple a refusé. Nous décidons donc de nous y rendre en caméra cachée, en nous faisant passer pour un enseignant intéressé par la démarche.

Ce jour-là, en région parisienne, nous suivons une classe de CM2 d’une école publique. Et à peine arrivés : haie d’honneur des employés, applaudissements, musique à fond… Les élèves sont accueillis exactement comme des clients pour l’ouverture d’un nouveau magasin.

Dès le début, les enfants reçoivent un cadeau : un t-shirt jaune, orné du logo de la marque. “Je croyais qu’on n’avait pas le droit au placement de produits à l’école ?”, s'étonne spontanément un élève.

Un cours encadré par des formateurs… et par des vendeurs

Pendant deux heures, la classe suit une initiation au codage informatique, sur des tablettes de la marque. Du matériel disponible en quantité, des encadrants nombreux : c’est ce qui a séduit l’institutrice. "Il y a quatre formateurs, ils sont professionnels, ils connaissent chaque petite chose, ils peuvent vraiment aider”, plaide l'enseignante, qui a prévu en tout cinq sorties Apple pour sa classe.

Quatre formateurs… dont deux sont en réalité des vendeurs, qui utilisent pour le cours un robot vendu en boutique. Les élèves doivent le programmer pour qu’il suive un parcours.

L'effet "Waouh"

Nous avons montré ces images à Franck Lalieux. Il travaille pour l’enseigne et il a déjà encadré l’une de ces sorties de classe. Il affirme reconnaître là une technique qui, en interne, a un nom. “On appelle ça l’effet Waouh chez Apple. C’est l’idée d’émerveiller le client tout de suite sur un produit de la marque, explique ce délégué CGT chez Apple Retail. C'est cet effet qui pousse la personne à acheter."

Et, à écouter les vendeurs, ça marche. "Il arrive parfois que les élèves reviennent avec leurs parents, confie l'un d'eux. Les enfants aiment bien les accessoires qu’on leur a fait découvrir. Ils sont contents d’avoir ça à la maison.”

"C'est une vitrine pour nos produits"

Lors d’une autre sortie que nous avons suivie, un employé va plus loin. “Ça fait une super pub pour nous, admet ce vendeur. Si jamais ça peut déboucher sur des ventes de classes d’iPad, oui, pourquoi pas. Forcément, c’est une vitrine pour nos produits.”

Une sortie de classe dans une vitrine commerciale ? Nous avons contacté le directeur de l’école. "Une sortie sur le codage, ça rentre dans les programmes, donc je l’autorise, justifie-t-il. Le fait que ça se passe dans un Apple Store m’a un peu posé question, c’est du privé, y a un côté publicité. Mais les élèves ne repartent pas avec des flyers non plus !"

Avec des flyers, non, mais, en plus des t-shirts, le magasin offre aux enfants une clé USB en forme de bracelet… siglé de la marque, évidemment.

"Pas besoin d'Apple pour enseigner"

Inacceptable pour Paul Devin. Cet inspecteur de l’Éducation nationale s’appuie sur un document de 2001 : un "Code de bonne conduite" pour les professeurs. "Ce document rappelle à tous les enseignants ce qu’est le principe de neutralité. C’est-à-dire qu’un fonctionnaire, dans l’exercice de ses fonctions, ne peut pas faire de la promotion pour un objet commercial, s'indigne le secrétaire général du SNPI-FSU. Il n’y a pas besoin d’Apple pour enseigner."

Et les parents concernés, qu’en pensent-ils ? Ils ont signé une autorisation de sortie mais, devant l’école, la démarche ne fait pas l’unanimité. "C’est fâcheux que l’école publique devienne un laboratoire pour des expérimentations commerciales", s'étonne ce père de famille après avoir accompagné son fils en classe. "Pour moi, Apple Store, ça reste un magasin, je ne vois pas pourquoi mon fils irait dans un magasin, ça me dérange", estime une mère.

La mairie propose pourtant les mêmes cours

D’autant qu'une autre solution existe. À Paris, une mairie d’arrondissement propose aux écoles publiques des cours de codage informatique gratuits, dispensés dans les classes par des employés municipaux. Plusieurs écoles ont dit oui. D’autres ont préféré la boutique…

Le ministère de l’Éducation promet d’examiner ces sorties en détail. La marque, elle, assure qu’elles sont avant tout pédagogiques et réfute toute visée commerciale.