Lycée : à Marseille, une CPE mène son combat contre les violences scolaires

Au lycée Saint-Exupéry, dans les quartiers nord de Marseille (Bouches-du-Rhône), Armelle Flores, la CPE (conseillère principale d'éducation), est parvenue en quatre ans à faire baisser de 30% les incivilités et les exclusions de cours.

FRANCE 2

Poliment, mais fermement, Armelle Flores accueille les élèves du lycée Saint-Exupéry, à Marseille (Bouches-du-Rhône). Un rituel quotidien pour cette conseillère principale d'orientation (CPE). Derrière la grille, les jeunes retirent casquettes et foulards. La CPE a un petit mot pour chacun, ou presque. Une manière de montrer qu'elle est vigilante. La sécurité est un enjeu de taille, car Saint-Exupéry est le seul lycée général des quartiers nord de Marseille. Malgré la vue imprenable sur la mer, l'établissement est entouré de cités parmi les plus sensibles de France. Pour prévenir les incidents, la direction a installé des caméras de vidéosurveillance reliées à la police municipale et des plots de béton pour empêcher les rodéos à scooter. 

Amener les élèves vers la réussite

Dans ce contexte, Armelle Flores fait tout pour garder un climat paisible à l'intérieur du lycée. Au bureau de la vie scolaire, avec cinq autres collègues CPE, elle a l'œil sur 1 800 élèves. Envoi d'un SMS quand un lycéen est absent, retenue, exclusion, retard... Tout est enregistré dans un logiciel. L'autre mission d'Armelle Flores est de repérer les décrocheurs. Elle rencontre régulièrement les lycéens pour parler de leur parcours. Dans ce quartier d'éducation prioritaire où les incidents sont plus nombreux, gérer la violence est un défi au quotidien. Amener les élèves vers la réussite et les voir changer d'attitude au quotidien sont autant de victoires pour cette CPE. En quatre ans, les incivilités et les exclusions de cours ont baissé de 30%.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le Syndicat national des collèges et lycées s\'inquiète de l\'augmentation du nombre d\'élèves par classe.
Le Syndicat national des collèges et lycées s'inquiète de l'augmentation du nombre d'élèves par classe. (DAMIEN MEYER / AFP)