Hommage à Martin Luther King : face à la polémique, le ministère de l'Éducation supprime une vidéo des réseaux sociaux

Mardi, le ministère avait publié une vidéo d’enfants reprenant le célèbre "I Have A Dream". Mais l’absence totale de diversité dans le casting a suscité de nombreuses reactions.
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Le logo du ministère de l'Education nationale sur X, anciennement Twitter. (Capture d'écran X, anciennement Twitter)

"Y a un problème dans la vidéo", "Poisson d'avril", "Supprime"... Depuis mardi 29 août, la vidéo diffusée par le ministère de l’Éducation nationale faisait l'objet de nombreuses critiques sur les réseaux sociaux, et notamment sur X, anciennement Twitter. Finalement, le spot a été supprimé.

>> États-Unis : il y a 60 ans, Martin Luther King marchait pour l’Histoire

"Face au trouble suscité par cette vidéo et à la violence de certains commentaires à l'égard des élèves qui s'étaient investis avec enthousiasme dans ce projet, le service communication du ministère a décidé de retirer cette vidéo de ses réseaux sociaux", a indiqué celui-ci dans un post.

"Lauréats d'un concours"

Dans ce clip réalisé pour le 60e anniversaire de la marche des droits civiques sur Washington conduite par Martin Luther King, jour où a été prononcé le fameux "I have a dream", des collégiens expliquaient, en anglais, leur rêve : égalité, protection de la planète…

Or, de nombreuses voix notaient le manque de diversité des jeunes adolescents qui apparaissent dans la vidéo consacrée au pasteur qui a consacré sa vie à lutter contre la ségrégation raciale : les collégiens filmés étaient en effet tous blancs de peau. "Grâce au choix des élèves dans ce clip, le ministère de l'Education nationale montre que "I Have A Dream" reste d'une criante actualité. Comme disait Martin Luther King, 'je rêve qu'un jour, les petits garçons noirs et les petites filles blanches pourront se donner la main'", a ainsi dénoncé Dominique Sopo, président de SOS Racisme.  


Au-delà de la diversité des jeunes intervenants, les réactions sont nombreuses quant au fond des propos tenus, puisque rien ne mentionnait l’égalité entre les blancs et les personnes noires, ou plus largement racisées. Face aux nombreux commentaires critiques et au "bad buzz", le ministère avait alors été contraint dans un premier temps de préciser que ces élèves présents ont gagné un concours "consacré à la pratique créative de l'anglais". Selon le ministère à l'AFP, cinq élèves volontaires ont participé au tournage, parmi les dix lauréats présents à la cérémonie, issus de trois académies. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.