Éducation : le climat scolaire se dégrade fortement avec une augmentation de +6% des saisines, selon un rapport de la médiatrice

Les trois quarts des saisines ont été effectuées par les familles, pour des signalements de comportements agressifs ou des contestations de sanctions.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
La médiatrice de l'Éducation nationale a été saisie à 18 500 reprises en 2022. (/NCY / MAXPPP)

Le climat scolaire se dégrade fortement avec une augmentation de +6% des saisines, soit 18 500, selon le rapport 2022 de la médiatrice de l’Éducation nationale, Catherine Becchetti-Bizot, publié mercredi 19 juillet. Les conflits liés à la vie quotidienne des établissements scolaires ont doublé en 6 ans et l'augmentation est "exponentielle", assure la médiatrice. Les trois-quarts des saisines proviennent des familles (élèves, parents ou étudiants) : l’origine des conflits concerne des contestations de sanctions, des signalements de comportements agressifs, de tensions entre les équipes enseignantes et les familles, notamment dans les écoles primaires. Les saisines à propos de harcèlement ou cyberharcèlement ont également explosé : +69% en 2022.

>>> "Les équipes sont vraiment épuisées" : la première année de la plateforme "Mon Master" ne se fait pas sans couacs

Le rapport de la médiatrice évoque également une augmentation constante depuis 2017 des réclamations sur les examens et les concours, certains élèves ou familles refusant la note, le résultat ou le classement. Pour Catherine Becchetti-Bizot, le contrôle continu du Baccalauréat qui a pris une part importante dans l’obtention du diplôme, joue un rôle dans cette hausse. Les saisines concernent aussi les aménagements prévus pour les candidats en situation de handicap. En revanche, le nombre d'alertes concernant Parcoursup a tendance à baisser.

Un quart des signalements venu des personnels d'établissement

La médiatrice constate également une augmentation constante des saisines par des étudiants inscrits dans des établissements privés. Ces derniers, plus ou moins sérieux, plus ou moins chers, sont parfois flous sur le type de diplômes délivrés et certains jeunes se retrouvent régulièrement le bec dans l’eau. Cette augmentation des saisines suit la courbe du nombre de ces structures privées en forte hausse. Pour la médiatrice, il y a un vrai besoin de clarification ; elle recommande ainsi un cadrage juridique plus clair par le ministère de l'Enseignement supérieur. Ce dernier travaille justement à la création d'un label, pour mieux trier ces formations.

Mais les réclamations proviennent aussi des enseignants ou des personnels des établissements scolaires. Elle représente un quart des signalements et est en hausse de +15%. Ces saisines touchent notamment à des questions financières (salaire, indemnités, retards de paiement…). Une bonne partie des interpellations portent sur le déroulement de carrière, l'avancement d'échelon, les détachements, les demandes de disponibilité, ou de congés. Les procédures d'affectation et de mutation sont également de plus en plus critiquées surtout dans les collèges et dans les lycées. Certains professeurs souffrent de l'éloignement de leurs proches. La médiatrice pointe en particulier les personnels en outre-mer qui ont des problématiques encore plus aiguës qu'en métropole.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.