Des bikers se mobilisent contre le harcèlement scolaire

Publié
Article rédigé par
France Télévisions

En Normandie, des motards roulent pour les victimes de harcèlement scolaire. Des hommes et des femmes, tous bénévoles au sein d'une association, créée il y a trois ans par une jeune femme originaire de Ouisthreham.

#IlsOntLaSolution 

C’est un rassemblement pour le moins inhabituel qui s’est déroulé à la sortie d’un collège de Caen. Une vingtaine de motards sont venus de tout le Calvados pour soutenir Lilou, 11 ans, élève de sixième, victime de harcèlement scolaire depuis la rentrée. « J’avais peur, j’avais mal à la tête, j’avais mal au ventre, j’allais à l’école à reculons » raconte la jeune collégienne. Son père a fait appel à l’association normande Stor Börn, fondée en 2018 pour aider les enfants harcelés. 

L'association mise sur l'image un peu intimidante des motards et de leurs tenues de cuir pour marquer les agresseurs. « Ca impressionne les enfants qui ne sont pas très gentils, ils se rendent compte qu’il y a du monde et que la victime, elle n’est pas toute seule, elle est bien entourée » explique Philippe Langlais, un motard bénévole. Un message envoyé aux agresseurs pour les décourager de poursuivre leur harcèlement. Pour la présidente de l’association, Roxy, ce genre d’action permet aussi de redonner confiance aux victimes. « Quand nous agissons pour ce genre d’enfants, c’est qu’ils sont à la limite du suicide, nous sommes là pour les réconforter et leur faire comprendre qu’ils ne sont pas seuls et qu’ils peuvent compter sur nous à tout moment »   

L’association incite aussi les familles qui les sollicitent à porter plainte ou à déposer une main courante. Ses membres se déplacent bénévolement. Il est possible de prendre contact via leur page facebook. D’autres actions sont prévues dans le département dans les prochaines semaines. Depuis trois ans, l’association revendique plus d’une quinzaine de rassemblements organisés de cette manière devant des établissements scolaires de la région.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.