Enseignement supérieur : le coût de la rentrée étudiante augmente de 1,32%, selon la Fage

Le coût moyen de cette rentrée 2021 pour un étudiant est de 2 392,47 euros, une somme en augmentation par rapport à l’an dernier. En cause notamment, la hausse du prix de produits de la vie courante, qui s’ajoute à un contexte économique difficile en raison du Covid-19.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La crise sanitaire a particulièrement fragilisé les étudiants, alors que le coût moyen de la rentrée 2021 va augmenter d'1,32% selon l'étude de la Fage. (DAMIEN MEYER / AFP)

Près de 2 400 euros, 2 392,47 euros précisément, voilà le coût moyen de la rentrée pour un étudiant, selon l’indicateur* de la Fage (Fédération des associations générales étudiantes), le premier syndicat étudiant. Une somme en hausse par rapport à l’an dernier (+31,46 euros, +1,32%).

Parmi les postes de dépenses qui augmentent le plus, on trouve la téléphonie, les produits alimentaires ou encore les loyers, dans certaines ville, comme Marseille, Angers ou Caen. Le logement représente près de la moitié des frais de vie courante d'un étudiant. Ces hausses s’ajoutent au coût des masques, notamment, encore cette année. À noter : la légère baisse du prix des complémentaires santé (−4,14%).

Pour calculer cet indicateur, la Fage ajoute les frais de vie courante, qui reviennent chaque mois ou régulièrement (loyer, alimentation, loisirs, transports, téléphone, internet, vêtements, produit d'hygiène et d'entretien) aux frais spécifiques à la rentrée, comme les droits d’inscription, les frais d’agence, la complémentaire santé, ou encore les fournitures scolaires et livres. Ce matériel pédagogique augmente d’ailleurs aussi un peu. Les frais d’inscription à l’université, eux, sont gelés, pour la deuxième rentrée consécutive.

Une crise sanitaire et économique qui perdure

Au-delà de ces postes de dépenses précis, le syndicat pointe les effets économiques et sociaux, encore, de la crise du Covid-19. Elle vient dégrader des conditions de vie souvent précaires, d’autant que les jobs étudiants, comme dans la restauration par exemple, se font plus rares. Un an après le début de la crise sanitaire, près de trois quarts (72%) des moins de 25 ans déclaraient avoir rencontré des difficultés financières, selon une enquête de la Fage réalisée par Ipsos.

Face à cette situation, l’organisation étudiante regrette la très faible augmentation des bourses sur critères sociaux, de 1%. La Fage réclame une réforme de ces aides et par ailleurs la création d’une allocation de rentrée étudiante pour tous.

*Cet indicateur illustre le coût moyen de la rentrée pour un étudiant de 20 ans en licence à l'université, non boursier et ne vivant plus au domicile familial.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Education

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.