En 2008, le directeur de Villefontaine avait peur de passer à l'acte

L'enseignant avait confié ses craintes à un gendarme qui l'interrogeait alors qu'il était en garde à vue.

FRANCE 2

La révélation risque de faire beaucoup de bruit. Le directeur d'école de Villefontaine (Isère), mis en examen et écroué pour viols sur mineurs, avait confié ses craintes de passer à l'acte à un gendarme qui l'interrogeait en 2008. L'homme était alors entendu dans une affaire de téléchargement d'images pédopornographiques.

"Il va spontanément dire à l'enquêteur qu'il n'a jamais eu de contacts sexuels avec des enfants, tout en disant, dans une formule très ambiguë, mais suffisamment claire, qu'il n'envisage pas d'avoir un contact sexuel avec les enfants, mais qu'il peut le craindre", rapporte l'avocat de deux familles de victimes, Patrice Reviron, au micro de France 2.

"Je n'en dors pas de la nuit"

Malgré ces propos, la justice n'a pas alerté l’Éducation nationale. L'expert psychiatre avait également minimisé la dangerosité de l'enseignant.

Pour les familles des victimes, c'est la stupéfaction. "Je ne comprends pas comment la justice a pu remettre dans le circuit une personne qui dit explicitement qu'il ne sait pas s'il pourra se retenir. Je n'en dors pas de la nuit en ce moment. Je n'arrive pas à comprendre", déplore le père d'une victime.

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'école primaire de Villefontaine (Isère) dont le directeur a été mis en examen, le 25 mars 2015, pour viols et agressions sexuelles sur mineurs.
L'école primaire de Villefontaine (Isère) dont le directeur a été mis en examen, le 25 mars 2015, pour viols et agressions sexuelles sur mineurs. (PHILIPPE DESMAZES / AFP)