Cet article date de plus de quatre ans.

Des parents "horrifiés à la vue de la chanson" : une comptine pointée du doigt pour ses clichés racistes

La comptine Chang Le Petit Chinois, distribuée dans une école maternelle d'Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), a fait l'objet de nombreuses critiques sur les réseaux sociaux, rapporte "Le Figaro". 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
La comptine Chang Le Petit Chinois, diffusée sur le réseau social Facebook, mardi 26 décembre.  (CAPTURE D’ÉCRAN FACEBOOK)

"Chang est assis, il mange du riz, ses yeux sont petits, riquiquis." La comptine Chang Le Petit Chinois, distribuée à des élèves d'une école maternelle d'Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), selon Le Figaro, fait vivement polémique depuis sa publication sur le réseau social Facebook, mardi 26 décembre. Elle est accusée de racisme par de nombreux internautes et plusieurs associations. 

Comme le précise L'Obs, Sacha Lin-Jung, le président de l'association des Chinois résidents en France, a publié mardi une photo de la comptine, qu'il aurait obtenu "d'un parent d'élève d'une école maternelle à Aubervilliers". Cette chanson comprend des paroles telles que "Chang me sourit, quand il me dit: 'veux-tu goûter à mes litchis?'", ou encore "T'es dans ton bateau qui tangue, t'as mal dans tes tongs."  

"Des parents asiatiques horrifiés à la vue de la chanson qu'on enseigne dans la classe de leur enfant en maternelle!!!", réagit le responsable associatif sur Facebook. "N'hésitez pas à pointer les clichés et stigmatisation raciste et faire comprendre gentiment en quoi c'est déplacé", poursuit-il. 

Linh-Lan Dao, journaliste de franceinfo, a également publié la comptine sur Twitter, entraînant de nombreuses réactions sur le réseau social. 

"Nous n'avons jamais validé cette comptine"

Les Ateliers du Préau, une organisation intervenant dans des écoles et mentionnée en bas de la comptine, affirme auprès du Figaro qu'ils ne sont "éditeurs de rien". "Dans le cadre de l'éveil musical, le professeur avait la liberté de choisir des morceaux musicaux qui lui semblaient pertinents. Nous n'avons donc jamais validé cette comptine", poursuivent les Ateliers. "Nous ne sommes pas signataires de ce texte (...) Il véhicule beaucoup de stéréotypes", martèlent-ils. 

L'organisation précise toutefois qu'elle recevra bientôt leur intervenante ayant enseigné la comptine. "Nous allons éventuellement prendre des sanctions", déclarent-ils auprès du Figaro.  

Le rectorat de Créteil bientôt saisi

Selon les informations du Figaro, cela fait plus de dix ans que cette comptine et chantée et enseignée en école maternelle. Dominique Sopo, le président de SOS Racisme, a dénoncé sur Facebook une comptine "remplie de clichés, avec tout ce que cela suppose de grossier [qui] réduit les Chinois (et donc, dans l'esprit de beaucoup, les personnes d'origine asiatique) à quelques traits sommaires". 

Nous sommes en France en 2017. Un pays où il y a beaucoup de personnes d'origine asiatique. Comment dès lors accepter que des personnes soient réduites à quelques clichés et renvoyées à une anormalité physique qui rime toujours avec illégitimité citoyenne ?

Dominique Sopo, président de SOS Racisme

sur Facebook

Le président de SOS Racisme a par la suite précisé sur Facebook que le ministère de l'Education nationale venait "de s'engager à saisir le rectorat où se situe l'école dans laquelle cela a eu lieu". Dominique Sopo avait demandé au ministère la fin de l'enseignement de cette comptine à l'école. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Education

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.