Classement de Shanghai : "Il faut prendre cela avec beaucoup de recul", réagit le président de Paris-Sud, première université française du palmarès

Les universités américaines trustent le top 10 du classement 2019 de Shanghai, avec huit établissements classés. La première université de ce classement mondial des meilleurs établissements arrive en 37e position.

Étudiants en médecine, dans l\'amphithéâtre d\'une université parisienne, le 7 septembre 2018. Photo d\'illustration. 
Étudiants en médecine, dans l'amphithéâtre d'une université parisienne, le 7 septembre 2018. Photo d'illustration.  (MAXPPP)

"Il faut prendre tout cela avec beaucoup de recul", a déclaré sur franceinfo Alain Sarfati, président de l'université Paris-Sud, qui se distingue comme la première université française du classement 2019 de Shanghai des meilleures universités du monde, dévoilé jeudi 15 août. L'établissement point à la 37e place. Comme en 2018, la France ne compte que deux établissements dans le top 50. 

franceinfo : Est-ce un motif de fierté d'être la première université française de ce classement ? Qu'est-ce que ça vous apporte d'être bien classé ?

Alain Sarfati : C'est un sentiment de fierté bien sûr. Mais il faut prendre tout ça avec beaucoup de recul. Les classements se basent sur un certain nombre de critères qui sont plus ou moins pertinents. Le classement de Shanghai s'appuie sur des données qui sont relativement objectives. Il est plutôt pertinent sur le domaine de la recherche. Il n'a pas vocation à juger la qualité d'une université sur l'ensemble de ses missions, mais sur l'avancée des connaissances, qui est quand même un des points les plus importants pour les universités.

Il y aura des choses à redire, mais en tout cas il y a une certaine pertinence et une cohérence dans ce classement d'une année sur l'autre. Ça nous apporte une visibilité. Qu'on soit d'accord avec les critères ou pas, c'est un classement qui est vu et ausculté par beaucoup de monde.

Lorsqu'il s'agit de choisir une université, les étudiants regardent-ils ce genre de classement ?

Les étudiants internationaux, oui très certainement. Pour les Français, je pense que ça commence à se faire, parce que c'est la force des médias de communiquer sur tel ou tel type de données. En l'occurrence le classement de Shanghai est un classement qui est vu. Je pense que pour les étudiants internationaux et en premier lieu les Chinois, être dans une université bien classée, ça ouvre des portes, ne serait-ce qu'en termes de bourses.

Faut-il se battre pour grimper dans ce classement ? Ou est-ce que la domination anglo-saxonne est inéluctable ?

Je crois qu'il est important de ne pas faire des classements un outil pour notre stratégie. La stratégie de l'université doit se baser sur des éléments au-delà du classement, parce qu'un classement se base sur un certain nombre de critères, et ce ne sont pas forcément les bons. Il faut avoir du recul.

Maintenant il faut regarder ça de façon attentive, ne pas se pénaliser, et il faut que la France apparaisse dans les radars internationaux. Mais si un classement a une trop grande visibilité et qu'il est très clairement basé sur des critères qui ne sont pas les bons, il faudra se battre pour faire évoluer les choses.

Paris-Sud fait partie du regroupement d'établissements d'enseignement supérieur Paris-Saclay. Ces rapprochements sont-ils de nature à favoriser votre poids à l'international ?

Très clairement. Ce regroupement à Saclay n'est pas fait uniquement pour ça, comme parfois je l'entends. Il y a beaucoup d'autres objectifs qui sont bien plus importants. Mais effectivement la transformation de Paris-Sud en Paris-Saclay doit avoir comme conséquence de grimper dans différents classements, et en particulier dans le classement de Shanghai.