Avignon : Cantines, pourquoi les mairies font-elles des choix différents ?

Certaines mairies travaillent en délégation de service et d'autres en régie municipale. Ces choix dépendent du nombre de repas à servir, du budget, des salariés. La décision à prendre est importante car elle engage la réussite de la mairie au service des enfants et de leurs parents.

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

A  Avignon, la délégation de service a été mise en place il y a 15 ans.Grâce à Scolarest, la mairie assure 4.000 repas par jour en respectant les normes HACCP (Hazard Analysis Critical Control Point) particulièrement contraignantes dans l'objectif d'exclure toute TIAC (Toxi-Infection Alimentaire Collective). Elle respecte les règles d'hygiène, l'équilibre des repas et de son budget. Toutes les 8 semaines, des enseignants, des agents de service, des parents d'élèves, des diététiciens, le responsable de Scolarest et les représentants de la mairie se réunissent. Leur objectif est de faire découvrir différents goûts aux enfants tout en respectant l'équilibre alimentaire dans les assiettes. Seule difficulté, en 2012 l'État a demandé qu'il y ait 20% de bio dans les cantines françaises et si les cantines avignonnaises ne proposent que 16 % de bio en un mois, c'est du aux difficultés d'approvisionnement et au coût, explique Patricia de Valette, Directrice de l'Éducation et de la Restauration scolaire.A  Avignon, la délégation de service a été mise en place il y a 15 ans.Grâce à Scolarest, la mairie assure 4.000 repas par jour en respectant les normes HACCP (Hazard Analysis Critical Control Point) particulièrement contraignantes dans l'objectif d'exclure toute TIAC (Toxi-Infection Alimentaire Collective). Elle respecte les règles d'hygiène, l'équilibre des repas et de son budget. Toutes les 8 semaines, des enseignants, des agents de service, des parents d'élèves, des diététiciens, le responsable de Scolarest et les représentants de la mairie se réunissent. Leur objectif est de faire découvrir différents goûts aux enfants tout en respectant l'équilibre alimentaire dans les assiettes. Seule difficulté, en 2012 l'État a demandé qu'il y ait 20% de bio dans les cantines françaises et si les cantines avignonnaises ne proposent que 16 % de bio en un mois, c'est du aux difficultés d'approvisionnement et au coût, explique Patricia de Valette, Directrice de l'Éducation et de la Restauration scolaire.

Autre exemple, La mairie du Pontet (près d'Avignon) a fait le choix d'une restauration scolaire organisée en régie municipale.
Chaque jour, les repas sont préparés et servis par du personnel municipal. Ce dernier sert jusqu'à 1200 repas par jour sur 7 cantines avec pour priorité l'équilibre des repas. Jackie Imbert, régisseur des cantines, fait découvrir des saveurs tout en respectant les goûts des enfants et les normes imposées par l'État. Il préfère proposer régulièrement des légumes et des fruits frais plutôt que du bio occasionnellement.

Il y a 89 millions de tonnes de nourriture gaspillée par an dans les cantines scolaires en France. Ce qui représente 100 kg par jour et par cantine de 500 élèves.
Pour la mairie du Pontet, Jackie Imbert a exposé au milieu de la cantine les morceaux de pain gaspillés pendant 1 semaine. Voilà une expérience osée ! Ce gros problème est aussi en expérimentation dans les self-services de la mairie d'Avignon.

Les élèves de Seconde 6 du lycée René Char - Avignon