Apprentissage du langage : des pratiques innovantes pour gommer les différences de niveau chez les enfants

À l'occasion des assises de la maternelle qui s'ouvrent mardi 27 mars, le monde de l'enseignement étudie des techniques pédagogiques innovantes déjà en place dans certains établissements. Exemple dans une école de Lunéville, en Meurthe-et-Moselle.  

Commenter des livres aux enfants pour faire vivre le langage, c\'est le boulot de Pierette, une bénévole
Commenter des livres aux enfants pour faire vivre le langage, c'est le boulot de Pierette, une bénévole (SOLENNE LE HEN / RADIO FRANCE)

Améliorer les techniques pédagogiques pour gommer dès le plus jeune âge les différences de niveau entre les enfants, c'est l'un des objectifs des assises de la maternelle qui s'ouvrent mardi 27 mars. Pour ce faire, le monde de l'enseignement examine certaines techniques innovantes déjà en place, comme à l'école maternelle de Lunéville. Dans cet établissement de Meurthe-et-Moselle, des bénévoles épaulent les professeurs des écoles lors d'ateliers de langage. 

La parole libérée

Pierette et Chantal sont bénévoles au sein de l'école Capitaine Nicolas. Ce matin, elles lisent et commentent des livres aux jeunes élèves. Parler lentement, répéter les phrases et inviter les enfants à faire de même, voilà comment faire progresser les enfants tout en épaulant la maîtresse, expliquent les deux bénévoles : "On a eu des enfants qui, au début, ne parlaient pas du tout. Maintenant ils essaient de s'y mettre. Certes, c'est un travail de longue haleine et les progrès ne sont pas spectaculaires. On ne pense pas que l'on va faire des miracles. Mais cela reste un plus par rapport à ce que fait la maîtresse et par rapport à ce qu'il peut se passer au sein de la famille." 

L\'atelier jeux de société pour favoriser l\'éveil au langage est organisé par Patrick, retraité et bénévole. 
L'atelier jeux de société pour favoriser l'éveil au langage est organisé par Patrick, retraité et bénévole.  (SOLENNE LE HEN / RADIO FRANCE)

Bain de langage 

Parmi les bénévoles, certains sont enseignants à la retraite et lors de ces ateliers de langage ils encouragent les enfants à s'exprimer. Cela passe par des jeux de société, des jeux de rôles, des commentaires de livres. Un bain de langage que plébiscite la maîtresse, Claudie Germain : "Dans ces ateliers de langage, les enfants jouent des rôles, miment des personnages. Et cela leur permet d'entrer en communication, de vivre le langage."

Entre ceux qui formulent des phrases compréhensibles et ceux qui balbutient encore, la différence de maîtrise de la langue est criante parmi ces enfants de petite section. Pour la directrice de l'école, Clarisse Sémon, il faut donc insister sur l'apprentissage du langage dès la petite enfance : "Le plus tôt, c'est le mieux ! C'est en petite section, pendant cette période, que le langage se construit." Issus de milieux sociaux divers, les enfants ne sont pas égaux face au langage, analyse la directrice qui veut amoindrir le décalage entre "les enfants entrés tôt dans le langage, qui vont continuer à progresser, et ceux qui ne sont pas à l'aise à l'oral et qui en pâtiront plus tard à l'écrit".

Selon une récente enquête qui compare les systèmes éducatifs de 50 pays, les écoliers français arrivent à la 34e place du classement en compréhension de l'écrit