VIDEO. Des femmes escortées pour aller avorter dans le Kentucky : une des accompagnatrices raconte

La vidéo d'une femme escortée pour aller avorter aux Etats-Unis est devenue virale en France. Meg Sasse Stern, une bénévole qui accompagne des femmes venues réaliser une IVG, raconte comment les militants anti-avortement cherchent à les humilier.

"Le niveau d'horreur est au-delà du réel." Mercredi 8 mai, la militante féministe Caroline de Haas partage sur son compte Twitter une vidéo devenue virale en France depuis. Sur les images, on aperçoit une femme, cachée sous un vêtement et escortée par cinq personnes, qui tente d'atteindre les portes d'une clinique, sous les huées et les invectives de manifestants anti-avortement qui lui demandent de "garder son bébé".

La séquence a été tournée à Louisville, devant la dernière clinique du Kentucky à pratiquer l'avortement. Elle a initialement été mise en ligne le 14 avril par un militant anti-avortement sur son compte Facebook. Objectif affiché : humilier la femme se rendant dans l'établissement pour réaliser une IVG. Comme c'est le cas devant de nombreux hôpitaux et centres médicaux américains, ces images montrent le quotidien des femmes souhaitant avorter.

"On fait très attention à leur consentement"

Face à cette situation, des "clinic escort volunteers" endossent régulièrement un gilet fluo et entourent ces femmes pour leur éviter les agressions et leur frayer un chemin parmi les manifestants. Meg Sasse Stern est volontaire depuis 1999. Elle était présente le jour où la scène a été filmée. A franceinfo, elle raconte : "Je n'ai pas marché avec cette patiente, donc je ne suis pas dans la vidéo, mais j'ai discuté avec elle des possibilités qu'elle avait pour se garer. Elle nous a fait part de son inquiétude d'être vue."

Il y a des manifestants chaque jour où la clinique est ouverte.

Meg Sasse Stern

à franceinfo

Les militants anti-avortement manifestent chaque semaine devant l’établissement, rappelle la volontaire. "La vidéo que vous avez vue a été tournée lors d'une journée très chargée pour nous, explique-t-elle. Il y a toujours plus de manifestants le samedi, mais il y a aussi plus de patients le samedi car les gens peuvent prendre du temps en dehors de leur travail."

Le groupe de volontaires en gilets orange s’organise notamment via Facebook, avec la page et le blog "Every Saturday Morning". Ils sont indépendants de la clinique et ont un protocole d’accueil défini. "On s'identifie clairement [auprès des femmes] en leur disant 'bonjour, je suis une 'clinic escort', je suis là pour vous aider' et on leur demande si elles souhaitent qu’on marche avec elles. On fait très attention à leur demander leur consentement avant de faire quoi que ce soit." La politique du Kentucky en matière d’avortement est l'une des plus restrictives des Etats-Unis, avec l’Ohio et le Mississippi.

WASHINGTON, DC - JANUARY 17: A clinic escort walks outside of the Planned Parenthood of Metropolitan Washington, D.C during a protest vigil sponsored by The Christian Defense Coalition and Priests for Life Carol Whitehill Moses Center on January 17, 2019 in Washington, DC. Zach Gibson/Getty Images/AFP
WASHINGTON, DC - JANUARY 17: A clinic escort walks outside of the Planned Parenthood of Metropolitan Washington, D.C during a protest vigil sponsored by The Christian Defense Coalition and Priests for Life Carol Whitehill Moses Center on January 17, 2019 in Washington, DC. Zach Gibson/Getty Images/AFP (ZACH GIBSON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)