Dans l'administration aussi, la parité femmes-hommes n'est pas respectée

En France, les femmes ont aussi du mal à se faire une place dans certaines administrations, comme l'explique Simon Ricottier.

FRANCE 2

Dans l'administration française, la parité hommes-femmes n'est pas respectée. C'est par exemple le cas au ministère des Affaires étrangères, où sont instaurés des quotas obligatoires pour aider les femmes à accéder aux postes de diplomates. Et malgré cela, leur situation est difficile. Simon Ricottier illustre cela avec le cas de Sylvie Bermann, "la première ambassadrice française dans un pays membre permanent du conseil de l'ONU, en l'occurrence la Chine. Il a fallu attendre 2011. Avant elle, il n'y en avait jamais eue."

450 000 euros de pénalités

Le journaliste présente les chiffres de 2017 concernant la parité homme-femme au Quai d'Orsay : "29% de femmes parmi les premières nominations aux postes d'ambassadeurs ou de directeurs. Le quota est fixé à 40%. Le ministère a donc été contraint de payer une pénalité : 90 000 euros par nomination manquante. Il y en a cinq au total : 450 000 euros que le ministère se dit prêt à verser sur un fond spécifique aidant à la promotion de la parité".

Le JT
Les autres sujets du JT
Le ministère des Affaires étrangères, quai d\'Orsay, à Paris.
Le ministère des Affaires étrangères, quai d'Orsay, à Paris. (JEAN-PIERRE MULLER / AFP)