INFO FRANCEINFO. Violences sexuelles : 12% des femmes ont déjà subi un viol, selon un sondage

Franceinfo révèle vendredi les résultats d’une étude Ifop réalisée pour la Fondation Jean-Jaurès sur les violences sexuelles.

12% des femmes déclarent avoir été violées, selon une étude de la Fondation Jean-Jaurès et de l\'Ifop, révélée par franceinfo le 23 février 2018.
12% des femmes déclarent avoir été violées, selon une étude de la Fondation Jean-Jaurès et de l'Ifop, révélée par franceinfo le 23 février 2018. (ELIZABETH LIVERMORE / MOMENT RF / GETTY IMAGES)

C'est l'une des enquêtes* les plus complètes sur les violences sexuelles parue depuis l'affaire Weinstein et le mouvement de libération de la parole des femmes qui a suivi. Vendredi 23 février, franceinfo révèle les résultats d'une étude réalisée par l'institut Ifop pour la Fondation Jean-Jaurès sur les violences sexuelles. Parmi les principaux chiffres marquants : 43% des femmes interrogées affirment avoir subi des caresses ou des attouchements sexuels sans consentement et 12% déclarent avoir été victimes de viol.

"Alors que l'on pourrait penser qu'il y a moins de viols depuis les années d'après-guerre, il y en a apparemment davantage. Pourquoi autant de viols et pourquoi si peu de procédures judiciaires ? ", s'interroge le coordinateur de l'enquête, Michel Debout, administrateur de la Fondation Jean-Jaurès, psychiatre et professeur de médecine au CHU de Saint-Etienne. Franceinfo vous détaille les principaux enseignements à tirer de cette étude.

Des violences sexuelles qui concernent "toute la société française"

Ce sont des chiffres massifs : 58% des femmes disent avoir été victimes de comportements déplacés, 50% d'insultes ou de remarques à caractère sexiste, 45% de gestes grossiers à connotation sexuelle, 43% de caresses ou d'attouchements à caractère sexuel sans leur consentement, 29% de messages pornographiques par mails ou SMS et enfin 12% d'un ou plusieurs viols.

"12%, avec les marges d'erreur, c'est un peu plus élevé que dans d'autres enquêtes statistiques, mais ça reste dans des ordres de grandeur qui ne me surprennent pas", commente la sociologue Alice Debauche, chercheuse associée à l'unité démographie, genre et sociétés de l'Institut national d'études démographiques (Ined), interrogée par franceinfo. 

Comment expliquer ces résultats ? "Sur le temps long, on observe que les femmes les plus jeunes, les générations les plus jeunes déclarent plus que les autres les violences sexuelles. Elles en parlent plus", relève Alice Debauche. 

Dans les années 1950-1960, les femmes socialisées avaient intégré les caresses sans leur consentement comme de l'ordre du banal.Alice Debauche, sociologue et chercheuse à l'Inedà franceinfo

"Le seuil de tolérance à la violence descend, appuie encore la sociologue. Au-delà des viols, l'ensemble des violences sexistes concernent toute la société française, ce n'est pas un problème marginal", s'indigne Michel Debout. 

Le violeur connu de la victime dans la plupart des cas

L'étude permet également de battre en brèche quelques idées reçues sur les agressions sexuelles. Ainsi, une écrasante majorité de femmes victimes de viol – entre 78% et 88%, compte tenu de la marge d'erreur du sondage – affirment qu'elles connaissaient leur agresseur. Dans la plupart des situations, il s'agit du conjoint ou d'un membre de la famille. Dans 36% à 48% des cas, le viol a d'ailleurs lieu au domicile de la victime.

"La représentation classique du violeur inconnu dans un parking la nuit est fausse", soutient la sociologue Alice Debauche. "C'est une fantasmagorie. C'est peut-être moins gênant de considérer que c'est hors de son domicile que l'on est le plus en insécurité", renchérit le psychiatre Michel Debout. 

J'avais intitulé le travail de l'une de mes élèves : 'Vos rues sont plus sûres que vos maisons.'Michel Debout, psychiatre, coordinateur de l'étudeà franceinfo

Le psychiatre regrette d'ailleurs que l'affaire Weinstein occulte ce fait-là : "Depuis le début de cette affaire, on a l'impression que l'auteur, c'est un individu à l'extérieur de la vie de ces personnes, plein de pouvoir. Certes, ils existent et il faut les dénoncer, mais il ne faut pas que cela cache la réalité d'un phénomène qui est celui d'une vie familiale et quotidienne."

Très peu de victimes osent en parler et porter plainte

Sans surprise, le dépôt de plainte après un viol reste très minoritaire. Selon l'étude menée par l'Ifop, seules 11 à 19% des victimes déclarent l'avoir fait. Par ailleurs, une nette majorité n'en a parlé à aucun proche (56 à 68%), ni n'a vu de médecin ou de spécialiste (64 à 74%). "Les femmes n’en parlent pas, mais les médecins ne sont pas aussi formés à entendre cette parole", regrette la sociologue Alice Debauche.

Il y a des médecins qui ont des difficultés à évoquer ces sujets car eux-mêmes ne se sentent pas à l'aise.Michel Debout, psychiatre, coordinateur de l'enquêteà franceinfo

Conséquence de cette non-libération de la parole : entre 32% et 44% des femmes qui ont été violées ont pensé à se suicider, et entre 16% et 27% ont même fait une tentative de suicide. "Le risque de tentative de suicide et le risque suicidaire est multiplié par quatre par rapport à d'autres femmes qui n'ont pas connu une telle agression", relève Michel Debout.  

* Enquête réalisée par questionnaire auto-administré en ligne du 6 au 16 février 2018 sur un échantillon de 2 167 femmes, représentatif de la population féminine âgée de 18 ans et plus. La représentativé de l'échantillon de départ a été assurée par la méthode des quotas (âge, profession de la personne interviewée) après stratification et catégorie d'agglomération.