Cet article date de plus de trois ans.

Harcèlement, viol, agressions sexuelles : "Ce n’est pas à nous de changer de comportement"

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
rousseau parler
Article rédigé par
France Télévisions

Sandrine Rousseau, élue EELV publie "Parler", un ouvrage qui incite les femmes et les hommes à sortir du silence lors de viol, agression sexuelle ou harcèlement. 

"Ce n’est pas à nous de changer de comportement, on doit pouvoir être libres", annonce Sandrine Rousseau. Celle qui a vu sa plainte contre le député Denis Baupin classée sans suite pour prescription, mène désormais un combat pour libérer la parole. Interrogée par Brut, elle raconte.

Attitude provocatrice ?

L'auteure dénonce le "mythe" de l’attitude provocatrice des femmes qui sont agressées sexuellement. "Il n’y a pas de raison qu’une femme en jupe soit agressée et que la tentation soit si grande qu’on n’arrive pas à y résister", dit-elle.

Peur et culpabilité

 En France, un viol est déclaré toutes les 40 minutes. Environ une femme violée sur dix porte plainte, une plainte sur dix aboutit à une condamnation.

Sandrine Rousseau explique que la "non-parole" et le "non-dépôt de plainte" de toutes ces femmes peuvent être dus à des phrases qu'on endend du type : "Il est puissant. Fais attention à toi. Pourquoi tu ne t’es pas défendue ?" Ces paroles inculqueraient peur et culpabilité aux femmes victimes.

Ouvrir la voie à la parole

 Pour l’auteure, il est essentiel d’oser parler et porter plainte malgré la "pression sociale". Il faudrait pour les victimes oser partager sa propre expérience pour que celles qui se "reconnaissent" trouvent le courage de parler. 

Pour elle, tout cela n’est pas qu’une affaires de femmes, les hommes sont des victimes indirectes car "dans leur sphère d'amitié, sociale, forcément il y en a qui ont subi ça". Elle insiste sur le fait  qu’ "aujourd’hui, il faut que les hommes prennent la parole".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Egalité femmes-hommes

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.