VIDEO. Crachats, jets d'objets, insultes : face-à-face tendu entre Bertrand Cantat et des manifestants avant un concert à Grenoble

Avant de se produire en concert à la Belle Électrique à Grenoble, le chanteur a envoyé des baisers aux manifestants avant d'être pris à partie.

FRANCE BLEU ISÉRE / RADIO FRANCE

Bertrand Cantat est allé au-devant des manifestants qui protestaient contre la tenue de son concert, mardi 13 mars, à la Belle Électrique, à Grenoble (Isère), rapporte France Bleu Isère. L'ancien chanteur de Noir Désir a envoyé des baisers avec ses mains, provoquant la fureur de la centaine de personnes réunies à l'appel d'une association féministe. Le chanteur a été la cible d'insultes, de crachats et de jets d'objets, avant de rentrer dans la salle.

Les manifestants dénoncent le fait que l'artiste, condamné pour le meurtre de sa compagne Marie Trintignant en 2003, se produise sur scène à Grenoble. Ils ont chanté "Vous savez que je suis un homme violent", sur l'air de L'homme pressé, et ont scandé "assassin", à l'adresse de Bertrand Cantat.

Un baiser sur le front

Une jeune femme a été au contact du chanteur : il lui a tendu la main, elle a refusé de le saluer. Bertrand Cantat lui a alors pris la tête entre les mains – sans violence, a constaté un journaliste de France Bleu Isère – et lui a déposé un baiser sur le front. "Quand il a fait ça, j'étais liquéfiée. Ce sont les mains qui ont tué Marie Trintignant", s'est indignée la jeune femme auprès de France Bleu Isère.

Au départ, le service de sécurité de la salle a laissé faire l'artiste en venant le protéger, puis a décidé de la rapatrier à l’intérieur, ce qui a pris trois à quatre minutes.

Bertrand Cantat a réagi sur sa page Facebook, dans un court texte où il a qualifié l'incident de "retour au Moyen-Âge".

Lundi, Bertrand Cantat a annoncé qu'il renonçait à se produire dans les festivals cet été "pour mettre fin à toutes les polémiques et faire cesser les pressions sur les organisateurs". Le chanteur poursuit, en revanche, sa tournée et doit donner deux concerts à Grenoble, mardi et mercredi.

Bertrand Cantat face à des manifestants à Grenoble, le 13 mars.
Bertrand Cantat face à des manifestants à Grenoble, le 13 mars. (FRANCE BLEU ISÉRE / RADIO FRANCE)