Au Salvador, 30 ans de prison pour une fausse couche

Dans ce pays connu pour sa législation anti-avortement très stricte, Teodoro Vasquez, victime d’une fausse couche en 2007, a été condamnée pour « homicide ». 

En 2007, alors qu’elle est enceinte de 9 mois, Teodoro Vasquez appelle les urgences depuis les toilettes de son lieu de travail. Sans réponse, elle est victime d’une grave hémorragie et accouche d’un bébé mort-né. En découvrant son cadavre, un autre employé prévient la police pour dénoncer la jeune femme. Encore inconsciente, elle sera arrêtée et condamnée pour homicide. 

Des organismes internationaux lui ont apporté leur soutien

Au Salvador, la législation anti-avortement est connue parmi les plus strictes au monde. Il fait partie des cinq pays au monde où l’avortement est interdit même si la vie de la mère est en danger.

La condamnation de Teodoro Vasquez a choqué le pays. Plusieurs organismes internationaux, à l’image d’Amnesty International, lui ont apporté leur soutien. Dix ans plus tard, la justice décide finalement de réexaminer son cas. Mais même si la jeune femme clame son innocence, le tribunal a confirmé sa peine le 13 décembre dernier.

Des femmes salvadoriennes ont manifesté leur colère face à la justice : « Une fois de plus nous sommes convaincues que les femmes vont continuer à se battre parce que c’est une injustice ! La justice condamne tellement de femmes de manière injuste. » En effet, dans ce petit pays d’Amérique centrale, elles sont 26 femmes emprisonnées pour un avortement ou une fausse couche. 

Au Salvador, une femme est condamnée à 30 ans de prison pour une fausse couche
Au Salvador, une femme est condamnée à 30 ans de prison pour une fausse couche (BRUT)