Envoyé spécial, France 2

VIDEO. Scandale chez les stups : des agents de la lutte antidrogue de mèche avec les trafiquants ?

Avec des témoignages inédits, "Envoyé spécial" revient le 14 juin sur un scandale sans précédent chez les "stups" français. En 2015, sept tonnes de cannabis sont saisies à Paris. La drogue aurait été importée dans le cadre d'une opération menée sous l'égide du patron des stups lui-même avec son principal informateur… et le concours des agents français.

Voir la vidéo
ENVOYÉ SPÉCIAL / FRANCE 2

Parmi les méthodes policières pour démanteler les réseaux de trafiquants de drogue, il y a ce qu'on appelle la "livraison surveillée". "L'objectif, c'est de suivre la drogue d'un point de départ à un point d'arrivée, explique le journaliste Emmanuel Fansten. Les camions (s'il s'agit de camions) doivent être sous surveillance constante des enquêteurs. La finalité, c’est de laisser croire aux trafiquants qu'ils peuvent passer librement la drogue, pour les piéger."

Informés par un indicateur de l'arrivée d'une livraison, les policiers doivent donc se contenter de suivre la drogue. Dans l'affaire sur laquelle "Envoyé spécial" revient le 14 juin, celle des sept tonnes de cannabis saisies en plein Paris, le commissaire Thierry, alors patron de la brigade des stupéfiants, serait sorti du cadre. De livraisons surveillées, son service serait passé à des livraisons organisées.

De la "livraison surveillée" à la livraison organisée ?

Au cœur de ce dossier qui entache la réputation des "stups" français, un tandem inhabituel : pendant six ans, François Thierry aurait collaboré avec l'un des trafiquants les plus importants du pays, Sofiane Hambli. C'est depuis sa cellule de prison que celui-ci, dans un rôle dit de "logisticien", aurait supervisé les arrivées de cannabis. A l'extérieur, ses "lieutenants" se chargeaient des livraisons. A visage caché, l'un d'eux, Karim, témoigne pour la première fois. "Je l'avais en direct au téléphone. Le mec, il appelait de sa cellule, normal !" Sofiane Hambli lui aurait ainsi demandé de "livrer certains clients".

Encore plus étonnant, les hommes de Sofiane Hambli auraient bénéficié de l'aide des agents des stups français eux-mêmes. En Espagne, les journalistes ont rencontré celui qui porte ces accusations : Hubert Avoine a travaillé comme infiltré pour la police française, et il connaît bien François Thierry. Un jour de 2012, le patron de l'Ocrtis l'appelle, raconte-t-il : "J'ai besoin de toi en Espagne, est-ce que tu peux descendre ?" Les deux hommes se retrouvent près de Marbella, et le policier lui aurait fourni les détails d'une opération qui a toutes les apparences d'une livraison surveillée… Mais selon Hubert Avoine, la totalité de la drogue est loin d'avoir été saisie en France. C'est sur ses déclarations que la police a ouvert une enquête.

Extrait de "Scandale chez les stups", une enquête à voir dans "Envoyé spécial" le 14 juin 2018.

Scandale chez les stups : de la \"livraison surveillée\" à la livraison organisée
Scandale chez les stups : de la "livraison surveillée" à la livraison organisée (ENVOYÉ SPÉCIAL / FRANCE 2)