Nantes : une enquête ouverte après plusieurs cas de jeunes femmes "piquées" dans des discothèques

Les faits rapportés ont eu lieu dans plusieurs boîtes de nuit de Nantes et ses environs depuis leurs réouverture il y a dix jours. Le procureur invite les personnes qui seraient victimes de ce type de faits à rapidement se manifester auprès des gendarmes ou des policiers.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une enquête a été ouverte par le parquet de Nantes après plusieurs cas de jeunes femmes "piquées" dans des discothèques. Image d'illustration (BRUNO LEVESQUE / MAXPPP)

Une enquête pour "administration de substances nuisibles à la santé" est ouverte par le parquet de Nantes, rapporte France Bleu Loire Océan ce vendredi soir, après les témoignages d'une dizaine de jeunes femmes ces derniers jours, qui expliquent s'être senties mal lors de soirées en discothèque et présentant des traces de piqûre.

"Certaines jeunes femmes présentent des vertiges, juste après avoir senti comme une piqûre", précise le procureur de Nantes. Les faits rapportés ont eu lieu dans plusieurs boîtes de nuit de Nantes et ses environs depuis leurs réouverture il y a dix jours.

Une jeune femme, qui témoigne auprès de France Bleu Loire Océan, a déposé une main courante. Elle indique avoir subi des maux de tête en boite de nuit, et s'être aperçu le lendemain qu'elle avait sur le bras "un bleu avec un petit point rouge au milieu". "Je n'ai pas du tout relevé que c'était une piqûre au début", explique-t-elle. Elle dit avoir fait une prise de sang quatre jours après, sans que cela ait permis de détecter un produit, en raison du délai trop tardif.

Le procureur invite les personnes qui seraient victimes de ce type de faits à rapidement se manifester auprès des gendarmes ou des policiers, notamment pour effectuer les analyses médicales nécessaires dans les 24 heures suivantes. Plusieurs jeunes femmes ont pu faire ces prélèvements ce vendredi.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Drogue

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.