Bouches-du-Rhône : quatre familles de trafiquants de drogue expulsées de leurs logements sociaux

Le président de 13 Habitat l'a annoncé sur France Bleu Provence vendredi.

Les familles expulsées habitaient à Salon-de-Provence et Miramas, près d\'Aix-en-Provence.
Les familles expulsées habitaient à Salon-de-Provence et Miramas, près d'Aix-en-Provence. (GOOGLE MAPS)

Le principal bailleur social des Bouches-du-Rhône, 13 Habitat, a décidé de faire expulser quatre familles de trafiquants de drogue de leur logement social, a annoncé le président de l'organisme sur France Bleu Provence, vendredi 19 avril. Deux autres familles le seront bientôt.

"Quatre familles de trafiquants de drogue ont été expulsées à Salon-de-Provence et Miramas ces derniers mois", a expliqué Lionel Royer-Perreaut, également maire LR des 9ème et 10ème arrondissements de Marseille, sans préciser dans quelle commune auront lieu les prochaines expulsions.

Aujourd'hui, nous sommes dans des situations kafkaïennes où pour expulser des délinquants qui mènent une misère aux habitants, il faut des procédures qui prennent des mois et des mois.Lionel Royer-Perreautsur France Bleu Provence

En juin 2018, Lionel Royer-Perreaut avait annoncé sa volonté d'expulser les trafiquants de drogue condamnés et locataires d'un logement social géré par l'office 13 Habitat. Actuellement, la loi n’autorise pas explicitement l’expulsion d’un locataire au titre d’une condamnation pour trafic de stupéfiants. Un amendement à la loi égalité et citoyenneté, déposé en novembre 2016, avait été adopté mais a été censuré par le Conseil constitutionnel. Une nouvelle disposition votée par le Sénat doit être validée par l'Assemblée nationale. 

"Je souhaite que le législateur comprenne l'attente des habitants qui vivent un enfer et qu'il facilite les procédures", a déclaré Lionel Royer-Perreaut sur France Bleu Provence.