Des salariés de Sanofi suivis par des puces électroniques

Des puces électroniques ont été distribuées aux employés du groupe pharmaceutique à Gentilly (Val-de-Marne). La direction évoque une optimisation des locaux mais les salariés dénoncent une surveillance exagérée.

(Des salariés de Sanofi pistés par des puces électroniques (illustration) © MaxPPP)

La mesure passe mal parmi les 3.000 salariés du site de Sanofi à Gentilly dans le Val-de-Marne. Depuis quelques jours, ils sont dotés d’une puce à radio fréquence. Il s'agit d'un système électronique qui permet de géolocaliser en permanence le porteur de la puce et donc de suivre tous leurs mouvements.

La direction affirme qu’il s’agit d'optimiser l'utilisation des locaux en vérifiant par exemple que les salles de réunion sont utilisées selon leurs capacités ou en détectant les heures d’affluence dans les espaces de restauration. Ces puces seraient anonymes en étant posées, non pas directement sur les badges, mais sur leurs supports, c'est à dire les portes-badges interchangeables.

Mais pour les syndicats, la version n’est pas la même. Selon le délégué Force ouvrière (FO), il est facile de recouper les informations et de savoir qui fait quoi et à quel moment précis. C’est d’ailleurs après une vive réaction syndicale que le système n'a pas été directement placé sur les badges. Les élus du personnel rappellent que les caméras accrochées un peu partout dans l’établissement surveillent déjà les salariés, le tout dans un contexte lourd, avec un plan social en négociation portant sur 615 départs.