En Moselle, des enfants manipulent des fusils d'assaut pendant des ateliers "découvertes" à l'école

Le personnel de la compagnie de réserve du 40e Régiment de transmission de Thionville a permis à des enfants de moins de 10 ans de manipuler des armes.

Lors d’ateliers \"découvertes\" à l’école élémentaire de Flastroff (Moselle), les élèves d\'une école primaire manipulent des fusils d’assaut Famas et des pistolets automatiques, le 9 octobre 2015.
Lors d’ateliers "découvertes" à l’école élémentaire de Flastroff (Moselle), les élèves d'une école primaire manipulent des fusils d’assaut Famas et des pistolets automatiques, le 9 octobre 2015. ( MAXPPP)

Des fusils d'assaut Famas et des pistolets automatiques dans les mains d'enfants de moins de 10 ans. C'est ce qui s'est produit au cours d'ateliers "découvertes dans le cadre du lien armée-nation" organisés par le personnel de la compagnie de réserve du 40e Régiment de transmission de Thionville (Moselle). Ces ateliers ont eu lieu vendredi 9 octobre au sein de l'école élémentaire de Flastroff (Moselle), relate mardi 13 octobre Le Républicain lorrainLes armes n'étaient, bien sûr, pas chargées.

Les personnels de la compagnie de réserve en manœuvre dans la commune qui ont conduit les opérations ont, selon le lieutenant-colonel Biberian, franchi une limite "par excès d'enthousiasme". "J'ai immédiatement réagi en apprenant les faits et des sanctions seront prises à l'encontre de l'officier en charge de cette action et de tous les responsables", a-t-il déclaré avec colère au quotidien régional.

"Je comprends que cela puisse choquer"

"Si des armes doivent être présentées, c'est dans l'enceinte du quartier Jeanne-d'Arc, à Thionville. Et sûrement pas au sein d'un établissement scolaire. Je m'explique d'ailleurs mal que l'accès de l'école ait été donné pour cela... Je suis moi-même parent d'élèves et parfaitement à même de comprendre que cela puisse choquer", poursuit le lieutenant-colonel Biberian.

Le maire, Roland Schneider, cherche à relativiser : "Il y a deux ans, à peu près la même opération a été menée et cela n'a dérangé personne." Il précise que la manipulation des fusils d'assaut Famas a été réalisée sur le "parking immédiatement voisin de la cour de l'école et pas au sein de l'établissement proprement dit".