Le projet de suppression du changement d'heure est "complètement bloqué" au niveau européen, indique un spécialiste des questions européennes

"On est encore loin d'être d'accord sur la solution" du côté du Conseil des ministres de l'Union européenne, assure sur franceinfo Patrick Martin-Genier, enseignant à Sciences Po-Paris et spécialiste des questions européennes.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Dans la nuit du 24 au 25 octobre 2020, la France passe à l'heure d'hiver.
 (JEAN-MARC LOOS / MAXPPP)

Le projet de suppression du changement d'heure est "complètement bloqué au niveau du Conseil des ministres" de l'Union européenne, a expliqué samedi 24 octobre sur franceinfo Patrick Martin-Genier, enseignant à Sciences Po-Paris, spécialiste des questions européennes, qui est auteur notamment de L'Europe a-t-elle un avenir ? aux éditions Studyrama. Aujourd'hui, "il y a deux heures maximum d'écart, trois fuseaux horaires. Mais demain, nous pourrions avoir trois heures d'écart et encore plus de fuseaux horaires", faute d'arriver à un accord, explique-t-il.

franceinfo : Est-ce que 2021 marquera vraiment la fin du changement d'heure, comme l'avait annoncé la Commission européenne ?

Patrick Martin-Genier : On est encore loin d'être d'accord sur la solution. Il est vrai que la Commission avait lancé une enquête à l'issue de laquelle plus de 80 % des Européens avaient dit qu'ils souhaitaient ne plus changer d'horaire. Cette proposition de directive de la Commission européenne a été adoptée par le Parlement européen en 2019, mais on n'est pas allé plus loin. Aujourd'hui, le Parlement européen a retardé l'échéance de 2019 à 2021, et cette proposition est complètement bloquée au niveau du Conseil des ministres parce que au final, c'est quelque chose qui est mal ficelé, parce que si on est d'accord sur le principe, au final, personne n'est d'accord sur les modalités, c'est à dire que certains pays préfèrent l'horaire d'été, d'autres l'horaire d'hiver. Au final, on n'est pas du tout d'accord sur les modalités d'application de ce changement d'horaire.

Tout le monde est d'accord pour rester sur une heure fixe, mais les pays du Nord préféreraient plutôt l'heure d'hiver, les pays du Sud plutôt l'heure d'été ?

Oui, c'est ça la vraie problématique. En Allemagne, par exemple, pour l'heure d'été, cela a été décidé sans consulter leurs voisins danois, néerlandais ou tchèques qui, eux, préfèrent l'heure d'hiver. Les Français préfèrent l'heure d'été. D'ailleurs, les gens du Sud préfèrent l'heure d'été. Et enfin, pour des raisons politiques, d'autres comme l'Estonie refusent d'être sur le même fuseau horaire que la Russie.

Au final, aujourd'hui, 17 pays européens sont à la même heure. Il y a deux heures maximum d'écart, trois fuseaux horaires. Mais demain, nous pourrions avoir trois heures d'écart et encore plus de fuseaux horaires.

Patrick Martin-Genier

à franceinfo

C'est un véritable casse-tête parce que cette initiative est mal ficelée et chacun des pays voudrait pouvoir changer son horaire, ce qui entraînerait des conséquences très graves sur l'organisation de la société, mais également sur l'organisation de l'économie.

À vous entendre, rien ne bouge plus..

Non, rien ne bouge parce que le Conseil des ministres a bloqué cette directive. On n'est même pas certain que ce sera en 2021 qu'on changera ces modalités, parce que si on est d'accord sur le principe, là, personne n'est vraiment d'accord. Imaginez que demain, on change d'heure entre l'Allemagne et la France, entre les pays du Nord et les pays du Sud. Cela créera d'énormes difficultés, notamment sur le plan des transports, sur la libre circulation dans l'Union européenne, pour les travailleurs frontaliers par exemple. Imaginez que demain, quelqu'un travaille à Strasbourg ou l'inverse en Allemagne doit aller chercher sa fille à la crèche alors que les horaires ne sont pas les mêmes. Ça va être une pagaille monstre, donc je crois qu'il faut harmoniser. D'ailleurs, certains estiment qu'il est tout à fait urgent d'attendre pour se mettre d'accord sur le changement d'horaire en 2021.

Mais comment fait-on pour harmoniser ?

C'est au niveau du Conseil des ministres et pour une fois, heureusement, il ne faut pas l'unanimité, il doit y avoir une décision à la majorité qualifiée, c'est à dire une majorité renforcée, il faut quand même discuter. Donc, avant d'arriver au Conseil des ministres, il faut qu'on ait bien discuté pour qu'on trouve finalement une solution qui donne satisfaction à la plupart des pays européens en concertation, car on ne pourrait pas se permettre une division en termes de fuseaux horaires pour l'organisation économique pour l'organisation de la société.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.