Sondages de l'Élysée : Nicolas Sarkozy protégé par l'irresponsabilité présidentielle

Publié
Sondages de l'Élysée : Nicolas Sarkozy protégé par l'irresponsabilité présidentielle
Article rédigé par
D.Schlienger, S.Neumayer, S.Guibout, JF.Lons, E.De Pourquery, J.Cordier - France 2
France Télévisions

Cinq anciens proches de Nicolas Sarkozy sont jugés depuis le matin du lundi 18 octobre, dans le cadre de l'affaire des sondages de l'Elysée. Les faits ayant eu lieu entre 2007 et 2012, l'ancien président bénéficie de l'immunité présidentielle.

Dans l'affaire des sondages de l'Élysée, l'ancien secrétaire général de l'Élysée, Claude Guéant, et le conseiller Patrick Buisson sont soupçonnés de favoritisme et recel de favoritisme. Avec Emmanuelle Mignon, ils faisaient partie de la garde rapprochée de Nicolas Sarkozy lors de sa présidence. Raymond Avrillier, militant écologiste et membre de l'association Anticor, est lui aussi présent au tribunal. C'est lui qui avait découvert cette "ivresse sondagière". "Je découvre 3000 factures de sondages et puis surtout, je vois des sondages surréalistes notamment sur l'appréciation des rumeurs sur la liaison avec Carla Bruni", témoigne Raymond Avrillier.

Claude Guéant estime mériter une immunité

Une frénésie de sondages et des millions d'euros dépensées. Emmanuelle Mignon et Claude Guéant sont soupçonnés de favoritisme et de détournement de fonds par négligence pour avoir commandé ces sondages à la société d'un proche du président, Patrick Buisson. Nicolas Sarkozy n'a pas été convoqué par la justice, il est protégé par l'irresponsabilité présidentielle. Claude Guéant estime qu'il mérite la même immunité.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.