Cet article date de plus de sept ans.

8 mai 1945 : des cérémonies partout en France, François Hollande sous l'Arc de triomphe

Des commémorations partout en France en ce 8 mai, 71 ans après la capitulation de l'Allemagne nazie face aux Alliés. François Hollande était à celle des Champ-Elysées, la dernière de son mandat.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
  (François Hollande à la cérémonie sur les Champs-Elysées pour le dernier 8 mai de son quinquennat © MaxPPP)

Le 8 mai 1945, l'Allemagne nazie capitulait, après 6 ans de guerre mondiale et plus de 60 millions de morts. Des commémorations sont organisées un peu partout en France, devant les monuments aux morts.

A Paris, la cérémonie se déroule sur les Champs-Elysées où le président François Hollande s’est rendu, pour le dernier 8 mai de son quinquennat. Comme veut la tradition, il a fleuri la tombe du soldat inconnu sous l'Arc de triomphe. François Hollande a d'abord déposé une gerbe devant la statue du général de Gaulle avant de remonter les Champs-Elysées, sous le soleil et sous le regard de quelques Parisiens. Pas de foule ni de gros applaudissements, a constaté sur place Quentin Chillou pour France Info. Une cérémonie sous haute surveillance, tout le secteur de la place de l'Etoile a été bouclé. 

Côté tribune, les vétérans ont été placés au premier rang. Leur avis sur la France d'aujourd'hui : un pays trop attentiste qui perd l'esprit de la Résistance.

Le reportage de Quentin Chillou sur les Champs-Elysées

Des témoins de moins en moins nombreux

A 81 ans, Victor Blanquart, est l'un des responsables dans le Nord de l'Office national des anciens combattants. Le 8 mai 1945, il avait 10 ans et jamais il n'oubliera. "C'était une joie et en même temps il y a eu des choses atroces. J'ai vu passer des femmes qui avaient fréquenté des Allemands, tête rasée, avec des croix gammées, au goudron ! On leur crachait dessus, ça s'est stoppé assez vite et ensuite il a fallu penser à la reconstruction". 

La construction européenne, qui garantirait la paix, est vite devenue l'une des priorités. Mais vingt ans plus tard, en 1975, le président Giscard d'Estaing supprime ce jour de commémoration au nom de la réconciliation franco-allemande. Ce qui n'a pas plu à Victor Blanquart : "il pensait peut-être que le fait de célébrer la mémoire de tous les morts pouvaient gêner la construction de l'Europe. Or, tous ceux qui sont morts, sont bel et bien morts pour la France, mais pour l'Europe aussi." 

A LIRE AUSSI ►►► 8 mai 45 : "Les vainqueurs sont restés faire la fête jusqu’à l’aube"

En 1981, le 8 mai fait son retour sur le calendrier comme jour férié. Depuis, les cérémonies sont loin d'être désertées constate Victor Blanquart :"Beaucoup de maires m'ont dit, nous n'avons jamais eu autant d'enfants et de monde aux commémorations aux monuments aux morts. On fait tout, grâce à la mémoire, pour que ça ne se reproduise plus". 

Mais que signifie le 8 mai pour la jeunesse ? Maxime Tellier a posé la question aux enfants de Guéret. 

Des personnages de la Seconde guerre mondiale ? "Hitler, De Gaulle et le maréchal ferrant... euh, Pétain"

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.