Histoires d'info, France info

Quand la France choisissait d'oublier le 8 mai (1975-1981)

Entre 1975 et 1981, la France n'a plus commémoré le 8 mai 1945. Cette décision de Valéry Giscard d'Estaing, motivée par son attachement à la construction européenne, satisfait l'Allemagne mais fait un flop en France.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Retour il y a 40 ans presque jour pour jour, le 9 mai 1975. Le jeune président de la république Valery Giscard d’Estaing vient de prendre une décision qui suscite immédiatement une très grande émotion: l'abandon de la commémoration du 8 mai 1945, date de la victoire des alliés sur l'Allemagne nazie.

Le 8 mai avait été férié de 1953 à 1959 puis simplement commémoré sans être férié après cette date.

En 1975, Giscard décide donc d’abandonner cette date pour en privilégier une autre, le 9 mai.

Pourquoi le 9 mai ? Parce que c’est le 9 mai 1950 que Robert Schuman a prononcé le discours lançant la construction européenne, un discours dans lequel le ministre des affaires étrangères français tend la main à l’Allemagne.

On comprend dès lors que le 9 mai 1975, jour du 25ème anniversaire de ce discours, le président allemand, Walter Scheel, invité à l’Elysée, se félicite de la décision française:

"C'est avec une profonde satisfaction que j'ai pris connaissance de votre décision ne plus célébrer à l'avenir l'anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale. Votre décision pourrait donner un nouvel élan pour l'accomplissement de l'oeuvre d'unification européenne."

 Giscard, quant à lui, justifie sa décision à la fin du mois de mai, lors d’un dîner de presse organisé à l’Elysée

 

"Cette année, je me suis rendu à nouveau à l'Arc de Triomphe, et on avait fait un effort pour animer cette cérémonie...Je demande aux journaux de bien vouloir publier les photos des trottoirs des Champs-Elysées jusqu'à l'Etoile comprise...Il n'y avait personne!"
 

Cet argument ne calme pas les oppositions, loin de là. En 1980, la question d’une re-commémoration est posée au Conseil des ministres. A cette occasion, Guy Genermont, Président de la société nationale des médaillés, explique l’attachement des anciens combattants au 8 mai:

"Les médaillés militaires ont eu lors de la guerre 39-45 environ 400.000 des leurs qui ont été tués et qui sont par la même décorés à titre posthume de la médaille militaire et ils pensent qu'une journée par an à leur consacrer n'est pas de trop. "

A peine arrivé au pouvoir, François Mitterrand rétablit le 8 mai en tant que jour férié commémoré.

Quant au 9 mai, il est officiellement  "Journée de l’Europe" depuis 1985. Mais ça, vous l’ignorez sûrement…

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)