Cet article date de plus de sept ans.

660 pédophiles présumés arrêtés au Royaume-Uni

Alors que le pays est secoué par des accusations de pédophilie concernant des politiques et des stars de la télé, une enquête de grande ampleur a permis l'arrestation de plus de 600 pédophiles présumés.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (La National crime agency a enquêté durant six mois en collaboration avec les polices locales ©  REUTERS / Stefan Wermuth)

660 personnes suspectées de pédophilie ont été arrêtées au Royaume-Uni au terme d'une enquête de six mois menée par la National crime agency (NCA), sorte de FBI britannique. Parmi eux, des médecins, des enseignants, ou encore des policiers.

L'opération, menée en coordination avec 45 équipes de police dans toute le Royaume-Uni et restée secrète jusqu'à aujourd'hui, visait les personnes qui consultent des photos d'abus sexuels sur enfants via Internet. L'un des objectifs de l'enquête était de cibler les agresseurs potentiels, mais elle a aussi permis de déboucher sur des inculpations pour des agressions sexuelles qui avaient déjà eu lieu.

39 étaient déjà enregistrés comme des criminels sexuels

Pendant six mois, les enquêteurs auront perquisitionné 833 adresses et examiné 9.172 ordinateurs, téléphones et disques durs. Sur les 660 suspects interpellés, seuls 39 étaient déjà enregistrés comme des criminels sexuels, et l'immense majorité n'était pas connue de la police, a précisé la NCA. Dans la plupart des cas, les interpellations n'ont pas encore donné lieu à des inculpations et l'enquête est toujours en cours.

"Nous voulons que ces délinquants sachent qu'on ne peut pas se servir d'Internet comme d'un espace d'anonymat qui permet d'accéder en sécurité à des photos indécentes. Ils laissent des traces sur leur passage, et la police va les trouver ", a précisé le directeur adjoint de la NCA.

Déballage national d'affaires pédophiles

Les résultats de cette enquête arrivent au moment où le Royaume-Uni semble être saisi d'une prise de conscience nationale sur la pédophilie. D'après le commissaire en chef Simon Bailey, les forces de police en Angleterre et au Pays-de-Galles n'ont jamais reçu autant de déclarations d'abus sexuels sur des mineurs. Et les médias britanniques se livrent eux à un grand déballage sur des affaires de pédophilie, qui impliquent des personnalités des médias mais aussi de parlementaires et de hauts responsables politiques.

En juin, une enquête de Scotland Yard avait conclu que Jimmy Savile, ancien présentateur star de la BBC décédé en 2011, s'était livré pendant quarante ans à des agressions sexuelles, que ce soit sur des fans qui venaient le voir à la fin de ses émissions ou sur les patients des hôpitaux dans lesquels il menait des oeuvres caritatives. Des révélations récentes ont même parlé de nécrophilie. De quoi en faire, selon Scotland Yard, "le pire prédateur sexuel de l'histoire du pays".

Le 4 juillet, c'est Rolf Harris, une autre idole de la télévision dans les années 1960, qui a été condamné à cinq ans et neuf mois de prison pour avoir agressé sexuellement des mineurs entre 1968 et 1986.

Les politiques aussi impliqués

Des députés, ministres et hauts responsables politiques des années 1980 sont aussi concernés par des soupçons de pédophilie, une affaire sur laquelle David Cameron a promis de "faire toute la lumière ". Le ministère de l'Intérieur aurait aidé à faire disparaître une centaine de dossier relatifs à des accusations d'abus sexuels sur des enfants dans les années 1980 et 1990.

La ministre de l'Intérieur Theresa May a annoncé le lancement d'un audit sur ces documents disparus, et a chargé une juge à la retraite d'enquêter sur l'affaire. La juge, dont la nomination avait fait polémique, a finalement démissionné lundi. Dans les années 1980, son frère, alors chargé d'enquêter sur un cercle pédophile présumé, avait refusé de poursuivre un diplomate impliqué.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.