Société : le mieux-vivre par l'altruisme

a revoir

Présenté parDavid Pujadas

Diffusé le 08/10/2013Durée : 00h40

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Il ne manque à ces images que le parfum de champignons, de feuilles mortes et de terre humide.

Et puis, notre dossier ce soir : pour vivre mieux, soyez altruistes. C'est l'appel de l'écrivain Matthieu Ricard et le credo fait son chemin. Faire du bien aux autres serait une source de bonheur personnel.

Avoir une attention ou un mot gentil pour son boulanger, un petit geste pour le vendeur du coin, ou passer quelques minutes à discuter au comptoir du café. Il y a quelques années, Anne Ferniot n'y aurait jamais pensé. Mais il y a deux ans elle a radicalement change sa façon d'être. Même les commerçants du quartier ont vu la différence.

On début qu'on la connaissait, on se parlait pas trop. Depuis peu de temps, elle dit bonjour, elle sourit, elle a change.

J'étais assez odieuse, assez sûre de moi, assez même méprisante ! J'ai réalise que c'était pas bon ni pour mon entourage ni pour moi-même.

Il y a 2 ans, son mari la quitte, la laissant seule avec leurs 5 enfants. Elle réalise alors qu'elle a besoin des autres, devient attentive, et s'aperçoit que cela lui fait du bien.

Ça passe par de petites choses, le bon coup de fil au bon moment, le texto qui va bien, tenir la porte à la petite vieille. Créer du lien bienveillant. Je suis plus heureuse, plus apaisée, plus épanouie.

Rien d'étonnant, pour Matthieu Ricard. Dans son nouvel ouvrage, le moine bouddhiste explique, études scientifiques à l'appui, qu'être bienveillant améliore la santé.

Dans les neuro-sciences, on a vu que des gens avec un lien social riche, des liens affectifs positifs, avaient une longévité accrue, par exemple. Ne pas s'enfermer dans l'ego est meilleur pour la santé mentale et pour la santé physique.

La convivialité, cet homme en a fait un concept de vie à l'échelle de son immeuble. à l'échelle nationale, mais ça a commence dans son immeuble. Aujourd'hui il va chercher les lunettes de son voisin octogénaire chez l'opticien.

Magnifique.

Tu es beau comme un dieu.

Depuis la crainte d'une nouvelle canicule, les deux hommes se voient régulièrement. Des rendez-vous devenus incontournables.

Tu n'es pas sorti du tout.

Non, je peux pas en ce moment, j'ai mal partout.

Au début, on est solidaire, après c'est de l'amitié. Je me sens utile, et y a de la réciprocité. J'ai aucun mérite, ça me fait du bien.

Matthieu Ricard est sûr que l'altruisme ce n'est pas du blabla qui fait vendre. Ça pourrait changer le monde.

Davantage de considération pour autrui permet une vie sociale plus harmonieuse, on favorise la qualité de vie au travail, dans la société. Et ça permet de prendre en considération le sort des générations à venir. C'est un concept très puissant.

Pour y parvenir, selon lui : penser à un enfant, un ami, tout ce qui évoque l'amour.

Le JT
Les autres sujets du JT
data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==