Cet article date de plus de neuf ans.

Société : chercher l'amour en Europe de l'Est

Publié
Temps de lecture : < 1 min.
Article rédigé par
France Télévisions

Le business des agences matrimoniales est florissant et certains n'hésitent pas à s'exiler pour trouver l'âme soeur. C'est à Kharkov (Ukraine) que Marc, chef d'entreprise divorce, entend trouver le grand amour.

Aujourd'hui, en amour, il n'y a plus de frontières. Plusieurs agences matrimoniales sérieuses proposent de rencontrer l'âme soeur à l'étranger, comme Eurochallenges, Amélie ou au Coeur de l'Est. Kateryna Baratova a fondé cette société à Marseille en 2012.

Tu veux continuer à correspondre avec lui.

Oui, qu'il m'écrive.

Il avait l'intention de revenir en octobre.

200 Ukrainiennes sont enregistrées ici, toutes originaires de l'est du pays, de Kharkov.

Elles ont des métiers honorables, fait des études supérieures. Elles sont toutes très belles et pleines de qualités. J'essaie de faire comprendre aux Français que c'est pas un marche où ils peuvent choisir n'importe laquelle et elle sera contente et partira avec lui. Elles sont belles, intelligentes et exigeantes.

Ses clients déboursent de 1300 à 2.400 E. Marc Viborel, 50 ans, a un magasin de vélos électriques dans le Sud. Divorcé depuis 2 ans, il cherche à reconstruire une vie de couple. Il s'est inscrit en avril dans l'agence de Kateryna qui lui a sélectionné 4 candidates au mariage.

Deux s'appellent Elena, une Olga et l'autre Diana.

Ça donne pas le sentiment de chercher un produit.

Mais sur les sites de rencontres, comment ça se passe ? Sur "AdopteUnMec.com", les filles sélectionnent des hommes en photos. On est sur la même logique.

Marc va partir en Ukraine.

Des potes me disent que ça va jamais marcher, que les filles sont venales. Est-ce qu'elles le sont pas en France.

Cet amour parfait, vous le trouveriez pas avec une Française.

Si sûrement mais j'en ai marre des Françaises. Elles ont tout et c'est jamais assez. Elles se croient.

Vous êtes déçu.

Oui, en ce moment. Sinon je partirais pas. J'ai envie de trouver l'amour ailleurs.

A 3.000 kilomètres, Kharkov, 2e ville d'Ukraine. Pendant 4 jours, Marc va rencontrer plusieurs pretendantes, âgées de 32 à 40 ans.

Est-ce qu'elle habite seule.

Certaines sont femmes d'affaires, d'autres vendeuses. Toutes disent vouloir fonder un foyer.

A quoi on boit.

A l'amour.

Tu lui plais beaucoup.

Elle aussi.

Elle dit que tu as l'air magnifique .pour ton âge.

J'en vois une quatrième demain et après-demain, je repars. Ça s'enchaîne assez vite, peut-être trop. J'aurais dû rester plus longtemps.

Marc souhaite aussi être père. Le choix s'annonce difficile.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.