Silvio Berlusconi : la fin d'un feuilleton

a revoir

Présenté parJulian Bugier

Diffusé le 01/08/2013Durée : 00h40

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

C'est donc la fin du feuilleton La fin de 20 ans de carrière politique. Une vie faite de rebondissements, de millions gagnes dans les affaires, de frasques et de déboires judiciaires en tout genre. Portrait.

On le surnomme le "Caïman", parce qu'il a la peau dure. Malgré les ennuis, les procès, les affaires, a toujours séduit l'Italie. Trois fois président du Conseil et des fans de 7 à 77 ans.

Monsieur Berlusconi est-il un bon président.

L'épopée d'un jeune Milanais un peu matamore, qui, de vendeur d'apirateurs est devenu vainqueur toutes catégories. Empire financier, empire médiatique, et triomphe sportif avec le Milan AC. La mélodie du bonheur, qu'il entonnait en chanson et en français.

Côté face B, Silvio Berlusconi c'est pourtant 33 procès, comme le plus retentissant, "Ruby", du nom d'une jeune prostituée. Corruption de mineures et soirées glauques lui vaudront une condamnation infamante. Au nom du Peuple italien, il est condamne en première instance à 7 ans de prison et d'interdiction de mandat à vie. Il a fait appel, mais comme un ennui n'arrive jamais seul, sa femme, demandant la divorce parce qu'il fréquentait des mineures, obtient de son côte 300.000 euros de pension alimentaire par mois. Mis à l'index, jusque sur la scène internationale, comme lors de la crise de l'euro. La France et l'Allemagne montrent qu'elle ne le jugent plus crédible et l'éjectent du club des dirigeants européens.

Etes-vous rassurés après l'avoir entendu, alors que l'Italie est de plus en plus dans la ligne de mire, notamment des agences de notation.

Isolé, banni, c'est vite dit. Aux législatives cet hiver, alors qu'on le croit fini, il s'impose comme la deuxième force politique du pays. Et même acculé devant la Cour de cassation aujourd'hui, une partie des Italiens est prête à tout lui pardonner.

Il est grand Berlusconi. Unique au monde ! Il n'y en aura pas d'autre avant 1000 ans.

C'est en partie pour cela qu'il ne renonce jamais.

J'espère avoir la même énergie jusqu'à la fin.

Tomber, se relever, c'est son credo. Pour le comprendre, il suffit d'aller au fond du parc, dans son domaine de Milan.

Le JT
Les autres sujets du JT
data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==