SCNF : le nouveau plan anti-fraude

a revoir

Présenté parLaurent Delahousse

Diffusé le 12/09/2014Durée : 00h40

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Voici les pistes qu'il entend mettre en place dans les mois à venir.

Sur les Grandes lignes, à Paris ou en régions, c'est un raz-de-marée que les contrôleurs n'arrivent pas à endiguer seuls: Les fraudeurs, même face a notre caméra avouent leurs écarts.

Je fraude quand je prends le train ponctuellement. J'ai un abonnement pour Paris, mais quand je vais en banlieue, c'est ponctuel, donc je ne prends pas de titre de transport.

La plupart du temps, je prends un ticket. Pour 90% du temps où j'en prends un, je fraude pour 10%.

Chaque année, la facture est lourde pour la SNCF :100 millions d'euros pour les grandes lignes TGV, idem pour le Transilien et le TER en Ile-de-France, alors pour tenter d'y mettre fin, le transporteur devrait frapper fort au porte-monnaie des récalcitrants. Doublement du montant des amendes, passant de 25 a 50 euros.

Il faut que ce soit dissuasif. Avec une amende trop faible, vous faite un calcul économique. Si je me fait prendre après 10 voyages, ca me coûte moins cher que d'acheter un billet, donc je cours le risque.

Autre piste, multiplier les patrouilles mobiles de contrôle, mais aussi réserver l'accès aux quais Grandes lignes, uniquement aux détenteurs de billets.

Les gens qui veulent frauder, vont frauder, ca ne va pas changer.

Je n'ai pas a payer pour ceux qui ne veulent pas payer. C'est pas mal.

Le plan anti-fraude devra aussi s'attaquer au chantier des amendes impayées : dans les TER, seulement 11% des PV sont réglés, car les usagers donnent de fausses identités.

Le JT
Les autres sujets du JT
data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==