Cet article date de plus de sept ans.

Vidéo La greffe de rein robotisée par voie vaginale sur deux sœurs, une première mondiale à Toulouse

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
FRANCE 3
Article rédigé par
France Télévisions

Le docteur Nicolas Doumerc, chirurgien urologue du CHU de Rangueil, à Toulouse, explique la technique chirurgicale devant la caméra de France 3.

Les deux chirurgiens du CHU Rangueil de Toulouse parlent d'une première mondiale : ils sont parvenus, le 9 juillet 2015, à prélever un rein chez une donneuse vivante âgée de 44 ans, puis à le greffer chez sa sœur de 43 ans, le tout par voie vaginale et "exclusivement par robot chirurgical". 

Federico Sallusto, 49 ans, chirurgien urologue responsable de la transplantation au CHU de Toulouse, a travaillé avec un expert en chirurgie urologique assistée par robot, le Dr Nicolas Doumerc, 39 ans. Il y a eu cinq petites incisions intérieures de huit millimètres sur chacune des patientes et aucune cicatrice apparente. Une intervention à l'intérieur du corps qui ne peut se faire que chez les femmes, comme l'explique le Dr Nicolas Doumerc devant la caméra de France 3. Pour l'homme, une petite incision au-dessus du pubis serait indispensable pour implanter un rein avec un robot, expliquent-ils.

Une percée médicale pour les personnes obèses

L'introduction du greffon par voie vaginale se pratiquait déjà, mais la suite de l'opération se déroulait en faisant une incision au niveau abdominal.

Les applications de cette percée scientifique et médicale sont nombreuses, à commencer par des greffes rénales sans difficulté majeure à des personnes obèses, car "l'opération classique est compliquée" chez ces patients en raison des épaisseurs sous la peau, explique le Dr Federico Sallusto.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.