Cet article date de plus de deux ans.

Vidéo "L'isolement, le confinement, le froid" : l'astrobiologiste Cyprien Verseux raconte ses neuf mois en Antarctique

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min.
Antarctique-Verseux
Article rédigé par
France Télévisions

Le scientifique français, qui a hiverné dans la base Concordia, publie un livre, "Un hiver Antarctique" (éditions Hugo Image).

Pas une seule plante, pas un seul animal. Seulement de la neige et de la glace à perte de vue. En 2018, l'astrobiologiste français Cyprien Verseux et ses 12 coéquipiers ont hiverné pendant neuf mois dans la base Concordia, en Antarctique. Sur cette station scientifique, gérée par les instituts polaires français (IPEV) et italien (PNRA), les températures descendent en dessous de -80 °C. Il raconte cette aventure dans un livre, Un hiver Antarctique (éditions Hugo Image).

L'ouvrage "Un hiver Antarctique". (Hugo Image)

"Il fait trop froid pour les véhicules, même le carburant peut geler. Donc les hivernants, pendant neuf mois, doivent se débrouiller seuls quoi qu'il arrive, explique Cyprien Verseux à franceinfo. Pendant l'hivernage, le jour continu se transforme en nuit continue. Les équipiers sont affectés un peu par l'isolement, le confinement, le froid, le manque d'oxygène."

"J’aimerais beaucoup aller sur la Lune ou sur Mars"

Mais cette expédition n'est pas seulement une prouesse physique : elle doit aussi permettre des avancées scientifiques. "Concordia, c'est des conditions qui sont idéales pour différents domaines de recherche : l'astronomie par exemple. On a aussi des recherches qui sont menées par des agences spatiales, parce que Concordia, c'est ce qui se rapproche le plus d'une future base sur la Lune ou sur Mars", ajoute l'astrobiologiste.

Après cette expédition hors normes, le scientifique français rêve d'aller encore plus loin : "J’aimerais beaucoup aller sur la Lune ou sur Mars. Après, je ne sais pas à quel point je peux compter là-dessus parce que je sais qu’il y aura beaucoup de candidats. Mais j'en ferai partie."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.