Cet article date de plus de sept ans.

Un nouvel australopithèque découvert en Ethiopie

Vieux de 3,4 millions d'années, il vivait à la même époque que les australopithèques de l'espèce afarensis, dont la célèbre Lucy.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des fragments de mâchoire de l'Australopithecus deyiremeda, découverts en mars 2011 en Ethiopie. (NATURE CMNH MASTER)

Lucy avait-elle un voisin ? Oui, si l'on en croit les découvertes de l'équipe du chercheur Yohannes Haile-Selassie. Ce scientifique éthiopien rattaché au Muséum d'histoire naturelle de Cleveland (Etats-Unis) a mis au jour des ossements qui appartiennent à un nouvel australopithèque, Australopithecus deyiremeda, selon un article publié dans la revue Nature (en anglais) publié jeudi 28 mai. Vieux de 3,4 millions d'années, il vivait en Ethiopie à la même époque que les australopithèques de l'espèce afarensis, dont la célèbre Lucy, à 35 km de distance seulement.

Les scientifiques ont établi ces conclusions à partir de la morphologie de fragments de mâchoire et de quelques dents, découverts en mars 2011 dans la région de l'Afar, à quelques centaines de kilomètres au nord-est d'Addis-Abeba, la capitale de l'Ethiopie.

Cette morphologie permet de rattacher les ossements au genre des australopithèques, mais permet aussi, selon Le Monde, de définir une espèce nouvelle, baptisée deyiremeda, signifiant "proche parent", en langue afar.

Notre arbre généalogique de plus en plus complexe

Cette découverte complexifie le tableau de famille des hominidés à cette époque. On connaissait déjà Lucy et ses semblables, les Australopithecus afarensis, descendants supposés d'Australopithecus anamensis. Mais il y avait aussi Australopithecus bahrelghazali, découvert par l'équipe du Français Michel Brunet, au Tchad, en 1996.

"Les branches de notre arbre généalogique se chargent donc régulièrement de nouveaux arrivants, sans que la position des uns par rapport aux autres soit bien claire. Lucy, que le grand public considère souvent comme notre ancêtre directe – ce dont la plupart des paléontologues doutent – se voit plus encore reléguée par ce nouveau cousin sur un rameau mort", résume Le Monde.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sciences

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.