Cet article date de plus d'un an.

Pour Hugo Duminil-Copin, lauréat de la médaille Fields, les mathématiques peuvent être "le hobby de tout le monde"

Le Français Hugo Duminil-Copin a reçu la médaille Fields, l'équivalent d'un "prix Nobel des Mathématiques", mardi 5 juillet, pour ses travaux sur les probabilités appliquées à la physique statistique.

Article rédigé par France Info - Jérémie Lanche
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Le Français Hugo Duminil-Copin présente sa médaille Fields lors d'une cérémonie, mardi 5 juillet, à Helsinki au Congrès international des mathématiciens (VESA MOILANEN / LEHTIKUVA)

Il est le 13e Français à obtenir l'équivalent d'un "prix Nobel des Mathématiques". Hugo Duminil-Copin a remporté la médaille Fields, mardi 5 juillet, aux côtés de trois autres lauréats. Professeur permanent à l’Institut des Hautes Études Scientifiques de Paris-Saclay, il exerce aussi à l’Université de Genève, en tant que chercheur associé. Sur franceinfo, le scientifique, âgé de 37 ans, confie son envie de "mettre en valeur au maximum les mathématiques". À l'image de son prédécesseur Cédric Villani, il veut combattre les préjugés sur les maths.

franceinfo : Quel est votre sentiment après avoir obtenu  le Graal des mathématiques?

Hugo Duminil-Copin : J'ai été assailli par le sentiment de responsabilité vis-à-vis du grand public. Je trouve ça très excitant de pouvoir représenter toute une discipline. C'est un grand challenge et je pense que Cédric Villani l'a porté très haut pendant des années. J'espère pouvoir prendre le relais et essayer de mettre en valeur au maximum les mathématiques pour faire comprendre aux gens que ça peut être le hobby de tout le monde.

Vous avez été récompensé pour vos travaux sur les probabilités appliquées à la physique statistique. Que répondez-vous quand un non-spécialiste vous demande ce que vous faites et à quoi ça sert ? 

J'étudie ce qu'on appelle des transitions de phases, c'est-à-dire les changements de comportements dans la matière. Si je prends de l'eau, que je la passe en dessous de zéro degré, ça devient de la glace. C'est une transition de phase.  Quand on chauffe un aimant, il perd son aimantation à une certaine température. Mais j'étudie ça mathématiquement, parce que là, on pourrait se dire que je fais de  la physique.

"Je fais des caricatures mathématiques. Je suis bon pour produire de nouvelles idées. Je ne suis pas du tout bon pour comprendre comment cette idée peut être appliquée, comment elle peut être utilisée."

Hugo Duminil-Copin

à franceinfo

Donc je ne pourrais même pas vous dire, en quelque sorte, comment utiliser mes propres recherches. C'est à quelqu'un d'autre de trouver ça.

Comprenez-vous la pression plus ou moins forte qu'ont les étudiants, les élèves en France à propos des maths? 

Je pense qu'un des gros blocages qu'on a dans l'enseignement des mathématiques, c'est que l'erreur prend une place invraisemblable. On ne peut pas faire d'erreurs quand on fait des maths. Si on se trompe, c'est zéro, un point c'est tout alors que ce n'est pas du tout comme ça qu'on apprend. Une danseuse, par exemple, va refaire 1000 fois le même geste avant de parvenir à faire ce qu'elle veut. C'est la même chose en maths et en recherche. Je fais des erreurs au quotidien.

Hugo Duminil-Copin, lauréat de la médaille Fields, répond à Jérémie Lanche

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.