Cet article date de plus de huit ans.

Y a-t-il vraiment de l'eau liquide sur Mars ?

Deux chercheurs français ont découvert que du gaz carbonique serait à l'origine de la formation des ravines qu'ils ont observées sur Mars, et non de l'eau liquide. La Nasa affirmait pourtant en avoir découvert... Explications.

Article rédigé par Elise Lambert
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
Cette image, diffusée le 20 août 2015 par la Nasa et constituée de plusieurs dizaines de clichés, montre le robot Curiosity en mission sur Mars. (NASA / JPL-CALTECH / MSSS / AFP)

D'où proviennent les intrigantes ravines observées depuis des années sur les pentes de la planète Mars ? Lundi 21 décembre, deux chercheurs français du CNRS, Cédric Pilorget et François Forget, ont publié un article dans la revue Nature Geoscience (en anglais) et révèlent que ces "gullies" (en anglais) seraient formées par la condensation du gaz carbonique, sur le sol de la planète. Planétologue et auteur de l'étude, François Forget revient sur cette découverte.

Francetv info : Vous expliquez dans votre étude qu'il n'y a pas d'eau sur Mars. Pourtant, une étude de la Nasa publiée en septembre affirme le contraire.

François Forget : Non, notre étude n'a rien à voir avec les travaux effectués en septembre par Luju Ojha et la Nasa. Leur étude analyse les "lignes de pentes récurrentes" (appelées "Recurring Slope Lineae", RSL, en anglais), qui entaillent les pentes de la planète rouge. Ces "RSL" seraient formées par des ruisseaux de saumure, une solution aqueuse saturée en sel. Nous, nous avons étudié les ravines, qui sont des reliefs tout à fait différents.

En quoi les ravines se différencient-elles des "RSL" ?

Apparemment formées par des écoulements d'eau liquide, comme l'explique la Nasa, les "RSL", dont on a beaucoup parlé en septembre, n'ont rien à voir avec les ravines, objet de notre nouvelle étude. Ce sont des traces sombres que l'on trouve sous les tropiques durant l'été martien, sur les pentes les plus chaudes tournées vers le Soleil. En revanche, les ravines sont généralement présentes aux moyennes latitudes de Mars, sur les pentes froides. Elles ont l'aspect d'un relief sculpté par un ruisseau en montagne, et mesurent jusqu'à dix mètres de large et plusieurs centaines de mètres de longueur. 

Depuis les années 2000, des satellites en orbite autour de Mars ont envoyé des images de ces ravines, qui ont relancé l'idée que des quantités d'eau liquide pouvaient se former sur la planète Mars. L'origine de cette eau liquide restait cependant énigmatique. Récemment, la sonde Mars Reconnaissance Orbiter (utilisée par la Nasa) nous a fourni de nouvelles images, avec de nouvelles ravines qui se formaient à la fin de l'hiver quand il faisait très froid. Cela a donc remis en question le rôle de l'eau liquide dans la formation de ces ravines.

Une photo de ravines, prise le 14 juillet 2014 par l'appareil Mars Reconnaissance Orbiter (RMO) de la NASA. (HANDOUT / NASA)

D'après vos recherches, comment ces ravines se forment-elles ?

Ces ravines se forment lorsque la glace carbonique, qui se forme l'hiver par la condensation du CO2 (composant à 95% l'atmosphère martien), se "sublime", c'est-à-dire qu'elle passe de l'état solide à l'état gazeux. Au printemps, les rayons du Soleil passent à travers cette couche de glace carbonique, très pure et transparente, et réchauffe la base en la transformant alors en gaz. Ce gaz s'accumule et la pression augmente considérablement dans les pores du sol, ce qui finit par fracturer la glace de surface. On observe alors la formation de geysers, capables de provoquer des éboulements et des coulées. L'eau liquide n'intervient donc pas dans ce processus.

Cela remet-il en question l'idée que ces ravines puissent être propices à la vie ?

Pour que la vie puisse exister, il faut de l'eau liquide. Quand on pensait que ces ravines étaient liées à l'eau liquide, on pouvait croire à la possibilité d'un environnement parfois "habitable" pour des bactéries. On sait qu'il y a trois ou quatre milliards d'années, Mars a été propice à la vie, tout comme la Terre à la même époque. D'ailleurs, le robot Curiosity lancé sur Mars en 2011 mène l'enquête sur des anciens lacs et torrents. L'étude de la Nasa sur les "RSL" formées par de l'eau liquide salée reste valide. Toutefois, la seule présence d'eau ne suffit pas pour que la vie apparaisse.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.