Espace : sur Mars, le son a deux vitesses et il s'atténue plus vite que sur Terre

C'est ce qu'ont montré des scientifiques en analysant les enregistrements du rover Perseverance.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Image publiée par la Nasa, le 10 septembre 2021, montrant le rover Perseverance sur Mars utilisant sa caméra Watson. (NASA / AFP)

Elle a beau être calme et silencieuse, des Terriens ont réussi à faire parler la planète Mars. Dans une étude publiée dans la revue Nature (en anglais), vendredi 1er avril, des chercheurs détaillent ce que les enregistrements captés par le rover Perseverance ont permis de montrer. 

A peine atterri, en février 2021, le robot de la Nasa nous faisait parvenir le premier audio jamais capturé sur Mars grâce à un micro, à des fréquences audibles par l'oreille humaine, ce que de précédentes missions avaient tenté sans succès. L'analyse de ces enregistremenet a mis en évidence le fait que "la vitesse du son est plus faible sur Mars que sur Terre : 240 m/s, contre 340 m/s sur notre planète, résume le CNRS dans un communiqué. Rien d'anormal à ce qu'elle soit moins rapide, au regard de la composition de l'atmosphère martienne (qui est composée de dioxyde de carbonne à 96% alors que cette part n'est que de 0,004% sur Terre) et de sa très faible pression (170 fois plus que sur Terre). Mais le plus surprenant est qu’il existe en réalité deux vitesses du son sur Mars, une pour les aigus et une pour les graves", relève le CNRS.

"Sur Terre, les sons de l'orchestre vous parviennent à la même vitesse, qu'ils soient graves ou aigus. Imaginons sur Mars, si vous êtes placés un peu loin de la scène... vous allez avoir un sacré décalage", illustre Sylvestre Maurice, astrophysicien de l'Irap (Institut de recherche en astrophysique et planétologie) de l'Université de Toulouse.

"Conversation difficile" à cinq mètres de distance

L'environnement sonore de Mars présente d'autres particularités. "L'atténuation du son est plus forte sur Mars que sur Terre, particulièrement les aigus qui se perdent très vite, même à faible distance", écrit également le CNRS. Cela rendrait "une conversation difficile entre deux personnes séparées de seulement cinq mètres"

Le "pari scientifique", celui d'avoir équipé une mission spatiale d'un microphone, est réussi aux yeux de celui qui est co-responsable scientifique de l'instrument SuperCam du rover, où est installé le microphone conçu par l'Isae-Supaéro de Toulouse. Même si ce nouvel outil n'en est qu'à ses débuts, continuer à écouter Mars devrait aider à mieux comprendre son atmosphère, qui par le passé ressemblait à celle de la Terre et aurait pu favoriser l'apparition de la vie. D'autres atmosphères, comme celle de Vénus ou de Titan, une lune de Saturne, pourraient faire l'objet d'investigations sonores avec ce même type d'instrument.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Mars

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.