Le mammouth laineux bientôt ressuscité ? "Cela paraît réaliste", répond un paléontologue

Des scientifiques américains affirment qu'un embryon hybride entre un éléphant et un mammouth pourrait être créé dans les "deux ans" à venir.

Une représentation d\'un mammouth laineux, une espèce disparue il y a 4 000 ans.
Une représentation d'un mammouth laineux, une espèce disparue il y a 4 000 ans. (DORLING KINDERSLEY / GETTY IMAGES)

Entre l'enclos des ours polaires et celui des loups, sera-t-il bientôt possible d'observer des mammouths laineux au zoo ? Oui, à en croire les déclarations récentes du professeur George Church lors du rassemblement annuel de l’Association américaine pour l'avancement des sciences à Boston (Etats-Unis), mi-février. "Cela paraît réaliste. Ils n'en sont pas très loin", confirme le paléontologue français Frédéric Lacombat, contacté par franceinfo.

Disparu de la surface de la Terre il y a 4 000 ans, le mammouth laineux pourrait être ressuscité par des équipes scientifiques de l'université américaine d'Harvard grâce à une prouesse en génétique. "Notre objectif est de produire un embryon hybride entre un éléphant et un mammouth, explique George Church. En réalité, il s'agirait plutôt d’un éléphant avec de nombreuses caractéristiques d’un mammouth. Nous n’y sommes pas encore, mais cela pourrait arriver dans deux ans", affirme-t-il, selon des propos rapportés dans The Guardian (article en anglais).

Une créature hybride entre l'éléphant et le mammouth

Résultat : une créature hybride entre l'éléphant et le mammouth, avec des petites oreilles, de la graisse sous la peau, de longs poils bruns et un sang adapté au froid. Pour y arriver, les scientifiques vont remplacer certaines parties du génome d'un éléphant d'Asie, le plus proche parent du mammouth encore présent sur Terre, par des fragments d’ADN de mammouth, extraits d'animaux retrouvés parfaitement conservés dans le sol gelé de Sibérie. Il ne s'agit donc pas d'un clonage à proprement parler.

Après plusieurs années de recherches, l'équipe d'Harvard serait capable de produire environ 45 changements dans le génome de l'éléphant pour le rapprocher de celui du mammouth. Une prouesse permise par la technique CRISPR/Cas9 qui “permet de supprimer, modifier ou ajouter des gènes à la demande, et de concevoir ainsi des organismes mutants”, explique Sciences et avenir.

Longtemps bloquées au stade cellulaire, les équipes seraient désormais en train de créer cet embryon. Mais pas d'emballement, cette étape n'est pas la dernière et il va falloir attendre encore quelques années avant d'obtenir une créature vivante. D'autant que de nombreuses questions éthiques se posent.

Souffrance animale ou bénéfices scientifiques ?

"Il y a deux écoles. Ceux qui refusent complètement les manipulations génétiques et ceux qui sont curieux. Je suis plutôt avec ces derniers, explique le paléontologue Frédéric Lacombat. Ce serait vraiment fantastique de pouvoir observer un mammouth, et s'il faut en garder un dans son jardin, je le ferai", sourit-il.

De son côté, la paléontologue britannique Tori Herridge s'inquiète, dans une tribune du journal The Guardian (article en anglais), que de nombreux tests sur des éléphants soient nécessaires pour faire naître un bébé mammouth. Or, il est primordial que les bénéfices scientifiques soient supérieurs à la souffrance animale, selon elle.

Pour convaincre les sceptiques, le professeur George Church affirme que cette avancée scientifique pourrait aider à préserver l’éléphant d’Asie en danger, dans une forme modifiée. Il souhaite aussi réaliser l’ensemble de cette opération en dehors du corps de l’éléphant. Ses équipes sont déjà capables de faire grandir un embryon de souris dans un utérus et un ventre artificiels pendant la moitié de la période de gestation.

"Comme si vous sortiez votre lapin du congélateur"

La "dé-extinction" des mammouths pose aussi des problèmes "sociaux". "Le mammouth n’était pas simplement un ensemble de gènes, il était un animal social, comme l’éléphant d’Asie aujourd’hui. Que va-t-il se passer quand l’éléphant-mammouth hybride sera né ? Comment va-t-il être accueilli par les éléphants ?” s'interroge Matthew Cobb, professeur de zoologie à l’université de Manchester (Royaume-Uni) dans The Guardian (article en anglais). "Quoi qu'il en soit, la réintroduction de cette espèce animale devra s'accompagner d'explications approfondies", estime Frédéric Lacombat.

Il ne faut pas que le mammouth devienne un objet de foire.Frédéric Lacombat, paléontologueà franceinfo

D'autant que le retour de cette espèce pourrait donner d'autres idées à des scientifiques... ou à des parcs d'attraction désireux de recréer un Jurassic Park bien réel.

Pour autant, cette manipulation génétique pourrait s'avérer beaucoup plus compliquée pour d'autres animaux. Le mammouth, lui, est un animal qui s'est éteint récemment, et qui a été particulièrement bien conservé dans le pergélisol (ou permafrost) sibérien. "Comme si vous sortiez votre lapin du congélateur", explique Frédéric Lacombat. Il sera beaucoup plus compliqué de reconstituer le génome d'autres animaux, notamment plus anciens, comme les dinosaures. La fiction a encore un peu de marge avant de se faire rattraper par la réalité.