Cet article date de plus de huit ans.

L'Autorité de sûreté nucléaire pointe des "lacunes significatives" à Cadarache

L'ASN accuse Areva de trop peu contrôler ses sous-traitants. Deux filiales d'Areva sur le site de Cadarache sont concernées par ce coup de semonce.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

C'est le résultat de 13 inspections, dont trois inopinées. L'ASN relève des "lacunes significatives" dans la a "surveillance des prestataires" effectuée par deux branches d'Areva sur le site de Cadarache. Les deux entreprises concernées travaillent sur le combustible (Areva-NC, ex-Cogema) et les réacteurs navals (Areva-TA).

L'autorité de surveillance demande donc à Areva de reprendre le contrôle direct de certaines missions actuellemment externalisées. C'est le cas notamment en matière de radioprotection. L'ASN a mené en avril une campagne d'inspections concentrées sur une semaine. Le niveau d'exigence vis-à-vis de la sous-traitance est particulièrement surveillé suite à la catastrophe de Fukushima.

Le Commissariat à l'énergie atomique, qui chapeaute le site de Cadarache, n'est pas épargné. L'ASN  lui demande d'améliorer "la qualité des plans de surveillance, jugée hétérogène". Environ 6.000 personnes travailleny au centre de recherche de Cadarache, dans les Bouches-du-Rhône.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.