Cet article date de plus de sept ans.

Vidéo Emiew, le petit robot japonais qui fait des blagues

Publié Mis à jour
Article rédigé par
France Télévisions

La dernière création de Hitachi est censée être dotée d'un sens de l'humour. Il peut surtout comprendre les réactions humaines et leurs nuances.

Il fait des plaisanteries, pas de très bon goût, certes : des scientifiques japonais ont présenté, mardi 20 mai, un petit robot capable de dialoguer et de se rendre compte si une blague tombe à plat. Emiew  (acronyme de "excellent mobility and interactive existence as workmate")  est un petit bonhomme rouge et blanc de 80 cm monté sur roulettes, avec au milieu du visage blanc deux points noirs, ses yeux. Destiné à tenir compagnie, comme un animal, il est en permanence connecté à internet et pourrait aussi faire fonction de réceptionniste.

Ses "géniteurs", des ingénieurs de la société Hitachi, lui ont fait apprendre une série de mots qui lui permettent ensuite d'analyser la question qu'on lui pose avant d'y répondre.

"T'as pigé ? Je plaisantais"

Démonstration mardi à Tokyo : un ingénieur lui demande combien de personnes travaillent dans ce centre de recherche. Le petit farceur lui répond : "Nous avons deux cygnes". Son interlocuteur reste évidemment perplexe, tout comme l'assistance. Alors Emiew ajoute : "T'as pigé? Je plaisantais. Il y a environ 800 personnes". Les ingénieurs concèdent alors que le sens de l'humour du robot n'est pas génial. Mais le plus important, dit-il, est sa capacité à comprendre.

Selon Hitachi, ce petit être mécatronique ne se contente pas de comprendre et de répondre par reconnaissance et synthèse vocales, il sait aussi analyser les réactions de ses interlocuteurs, par exemple la signification de hochements de tête et d'autres mouvements. "La technologie rend désormais possible, pour un robot, de comprendre ce qu'un humain veut dire, même si c'est seulement avec des gestes."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers High Tech

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.