Robot-chien, taxi volant, gants de réalité virtuelle : 10 curiosités à ne pas manquer à VivaTech, le grand salon de l'innovation à Paris

VivaTech, le plus grand salon européen consacré à l'innovation et aux startups, ouvre ses portes au grand public samedi 19 juin. Petit tour d'horizon d'inventions venues tout droit du futur.

Article rédigé par
Faustine Mazereeuw - franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 8 min.
VivaTech est le premier salon dédié à la tech à rouvrir ses portes au public depuis le début de la crise sanitaire. Un test PCR de moins de 48 heures ou un schéma vaccinal complet est requis à l'entrée. (Faustine Mazereeuw)

Un robot humanoïde capable de cuisiner un plat et vous le servir. Des visiteurs coiffés de casques de réalité virtuelle assis au détour d’une allée. Un imposant hélicoptère électrique trônant fièrement sur son stand. Bienvenue à VivaTech, le premier événement consacré à la tech en Europe mais aussi le premier à accueillir physiquement du public depuis le début de la crise sanitaire. Après trois jours réservés aux pros, le salon est ouvert au public samedi 19 juin à Paris Expo porte de Versailles. Avec 25 000 mètres carrés et pas moins de 500 exposants, les curiosités ne manquent pas en cette cinquième édition. Présent sur le salon depuis son ouverture aux professionnels mercredi, Franceinfo a sélectionné pour vous 10 créations bluffantes à ne pas manquer.

Reachy, un robot humanoïde attachant et multitâche

Des antennes qui s’agitent pour interagir avec vous, des grands yeux qui analysent l’environnement - et vos demandes - et une paire de bras capable de réaliser mille et une missions : voici Reachy, un petit robot humanoïde ultra expressif et attachant. Mais c’est surtout dans le service à la personne que ce compagnon à l’intelligence artificielle s’illustre. Capable de vous cuisiner une bolognaise et de vous la servir à la cuillère ou de vous accueillir à l’hôtel, Reachy est multitâche. Équipée de caméras, de capteurs, de micros et de haut-parleurs, cette création de la startup bordelaise Pollen Robotics peut être contrôlée à distance. Le robot a la particularité d’être relativement peu cher par rapport à ses concurrents : (seulement) 20 000 euros. Ses inventeurs souhaitent déployer Reachy sur le marché dans les années à venir et, à terme, en faire le leader dans le secteur du robot de service à la personne.

Spot, le robot-chien meilleur ami des professionnels du BTP

Comme un chien, Spot marche, fait mine de vous renifler, sautille sur place et peut même exécuter des petits pas de danse. Mais ce robot à la silhouette canine conçu par Boston Dynamics ne se contente pas de faire de la figuration. Sa véritable vocation : inspecter et sécuriser des milieux industriels ou des chantiers de construction en collectant des données. Il peut par exemple cartographier son environnement, rechercher des fuites de gaz ou d’eau ou toute autre anomalie et ainsi déterminer si un site est accessible à l’homme. Une mission qu’il est capable de remplir grâce à des pattes ultra agiles, des caméras à 360° et de multiples capteurs. Plus impressionnant encore : Spot a été envoyé à Tchernobyl en 2019 afin de mesurer les niveaux de radiations. Prix de cette petite merveille de technologie : 74 500 euros.

Un taxi volant 100% électrique par la société chinoise Ehang

Vous pensiez cela possible uniquement dans Star Wars, la société chinoise Ehang l’a fait : un taxi volant 100% électrique et autonome, que vous pouvez commander sur une appli comme un VTC. Ce drôle d’engin est équipé de 16 batteries, une dans chaque hélice pour plus de sécurité : si l’une se met en panne, l’appareil continue de fonctionner normalement. Un Uber du futur qui est commercialisé depuis trois ans et a effectué des vols expérimentaux dans pas moins de 40 pays : Autriche, États-Unis, Japon, Corée... Pour l’instant, sa commercialisation comme taxi n’est pas (encore) possible en Europe : la Chine est le seul pays à avoir autorisé ce genre d’utilisation. Le véhicule peut aussi se prêter à d’autres usages, notamment pour le transport logistique ou bien de matériel médical.

Doté de 16 batteries électriques, ce taxi volant et autonome est déjà en service dans plusieurs villes de Chine. (Faustine Mazereeuw)

Sense gloves, des gants de réalité virtuelle pour sentir de faux objets

Quand la réalité virtuelle se rapproche du réel... Avec les Sense gloves, il est possible de toucher et sentir de faux objets. Le principe de cette création néerlandaise : un casque de réalité virtuelle connecté à des gants qui vous permettent de sentir les formes, les textures et la taille d'objets virtuels. Vous pouvez alors les manipuler, les faire bouger et les voir s’animer. Ces gants sont destinés principalement à des entraînements dans les domaines de l’assemblage de la maintenance ou encore du médical. Et les Sense gloves ont déjà des clients prestigieux : parmi eux, l’armée néerlandaise, qui l’utilise sur ses entraînements militaires...

Ender Ocean, un robot nettoyeur des mers contrôlé par des gamers

Un projet qui allie robotique, environnement et gaming ? Vous ne rêvez pas. Ender Ocean est un petit robot capable de ramasser les déchets sous-marins, le tout en étant piloté depuis un jeu vidéo disponible en ligne sur le site de la startup française. Les joueurs viennent de loin, de l’Ecosse à Tahiti en passant par Dakar. Ender Ocean a deux missions. La première, sensibiliser le public à la cause écologique. “Nous combattons la pollution plastique : chaque année 8 millions de tonnes de plastique finissent dans l’océan”, explique son cofondateur Denis Bled. Mais Ender Ocean est loin d’être un gadget. Ainsi, il est très utile sur des missions spécifiques. Par exemple, le robot est capable de descendre à 100 mètres de profondeur, là où un être humain est limité à 50 mètres. En Corse, Ender Ocean a déjà remonté un filet de pêche de 2 kilomètres ! Cette innovation devrait être commercialisée à l’été prochain.

Equipé de pinces et de caméras, Ender Ocean peut attraper des déchets sous-marins. Prochaine étape : le doter d'un petit-aspirateur. (Faustine Mazereeuw)

Da Vinci, le robot chirurgien

Et si vous deveniez chirurgien pendant quelques minutes ? C’est que vous propose la 4e génération du robot américain Da Vinci, à tester au salon samedi – sur un faux patient, rassurez-vous. Le principe : asseyez-vous au “bloc”, puis maniez à distance les instruments chirurgicaux tout en suivant l’opération depuis un écran. De l’autre côté, une machine effectue les gestes à votre place sur le patient. Les atouts de cette technologie : une vision améliorée en 3D avec un zoom fois 10, une plus grande précision des gestes et une procédure moins invasive, nécessitant moins d’incisions. Da Vinci est utilisé dans 180 établissements de santé français pour des chirurgies de l’abdomen.

Le Farmcube : une mini-ferme écolo capable de créer de nouveaux climats

Créer des climats qui n’existent pas sur Terre pour évaluer l’impact du changement climatique ou faire varier les goûts et les couleurs des aliments à l’infini sans recourir à des OGM, ce sont les promesses futuristes du Farmcube. Dans cette ferme miniature de 15 mètres carrés, on peut faire pousser jusqu’à 5000 plantes en ajustant de manière ultraprécise divers paramètres comme l’apport en eau et en nutriments et la température, puis étudier les résultats grâce à un mini-robot qui se déplace à l’intérieur. Celui-ci peut être commandé à distance par un casque de réalité virtuelle. Le farmcube, c’est aussi une innovation écologique : il utilise 99,8% moins d’eau que l’agriculture en terre, avec un meilleur rendement. Un prodige permis par une technique de culture venue de l’espace, l’aéroponie, utilisée par la Nasa pour cultiver des plantes pendant les missions spatiales.

Le Farmcube, grâce à ses multiples possibilités, attire autant les centres de recherche que les restaurants gastronomiques. (Faustine Mazereeuw)

Didimo : votre jumeau numérique en moins de 2 minutes

“Des êtres humains en haute définition en moins de 90 secondes”, c’est la promesse de Didimo, une plateforme de modélisation 3D portugaise ultra-sophistiquée. Le mode d’emploi : prenez un selfie, et en seulement une minute trente, Didimo - dont le nom signifie “jumeau” en grec - est capable de créer un avatar animé ultra-ressemblant. Grain de peau, forme du visage, couleur des yeux : tout y est, rien qu’avec une photo. L’objectif : devenir la nouvelle génération d’avatars, plus réalistes, pour des échanges numériques avec “plus de connexion, plus d’émotion”, selon son directeur marketing Jim Franzen. Didimo travaille déjà avec des entreprises de gaming et souhaite vendre son produit pour des usages au bureau d’ici à 2022. Un dispositif bien pratique si vous ne souhaitez pas montrer votre tête en réunion...

Jeux vidéos, visioconférences... Didimo entend bien s'imposer sur le marché des échanges numériques. (Faustine Mazereeuw)

La Vitre, un outil de visioconférence immersive boosté par le Covid

Une visioconférence en format XXL, ça vous tente ? Avec La Vitre, un écran tactile à taille humaine, on se croirait dans la pièce de son interlocuteur. L’objectif de ses créateurs : reconstruire du lien social et favoriser des échanges plus spontanés, plus chaleureux. Comme sur Teams ou sur Zoom, partages d’écran, filtres et animations sont possibles. Commercialisée depuis 2019, cette création a été boostée par la crise sanitaire : “Les gens ont pris l’habitude des réunions à distance, le Covid a montré que c’était possible”, explique son co-fondateur Romuald Boulanger. La Vitre est idéale pour un usage en entreprise, mais pourrait à l’avenir également se prêter à une utilisation dans le domaine de l’accueil à la personne ou du médical.

La Vitre exposée à VivaTech en direct avec une autre Vitre dans les locaux de l'entreprise à Nantes. (Faustine Mazereeuw)

Japet, un exosquelette pour en finir avec le mal de dos au bureau

La solution pour résoudre le mal de dos au bureau, nouveau mal du siècle ? C’est la mission de l'exosquelette Japet. Ses fabricants souhaitent désamorcer les fantasmes : le but n’est pas d’augmenter les capacités des humains pour en faire des cyborgs, mais tout simplement d’apporter une réponse aux troubles musculosquelettiques causés par le travail. Le concept est tout de même révolutionnaire, puisque ces maux constituent la première cause des maladies professionnelles selon Santé publique France. Équipé de petits moteurs, Japet se place au niveau des lombaires et vous étire le dos, amortit les chocs et vous accompagne dans vos mouvements – notamment pour porter des charges lourdes. Ainsi, Japet s’adapte à de nombreux milieux professionnels : travail assis mais aussi BTP ou encore soin à la personne.

Travail au bureau, construction, service à la personne... Les usages de Japet sont multiples.  (Faustine Mazereeuw)

VivaTech 2021, du 16 au 19 juin 2021 dans le hall 1 à Paris Expo porte de Versailles et en diffusion numérique sur le site du salon, vivatechnology.com.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers High Tech

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.